L'escalier piano du métro de Stockholm

Nudges et éducation à l’environnement

Les nudges peuvent-ils aider à changer les comportements ?

Tout d’abord, il faut savoir que 4 outils sont le plus souvent usités pour faire changer les comportements :

  • l’information et la sensibilisation. Ainsi, c’est dans ce champ que l’éducation à l’environnement et au développement durable apporte sa contribution.
  • l’incitation financière
  • la législation (interdiction ou obligation)
  • l’exemplarité

Or, l’on entend de plus en plus parler des nudges (“coups de pouce” en français). Il s’agit d’un concept inventé par Cass Sunstein (juriste) et Richard Thaler (économiste) en 2008. D’après ces derniers, les changements de comportement ne peuvent se faire par la contrainte et la sanction. Ils supposent avant tout des incitations (ou coups de pouce).

Un outil qui prends de multiples formes

Par exemple, aux Etats-Unis en 2009, une expérience a été menée pour inciter les individus à consommer des aliments sains. L’expérience s’est réalisée dans la cafétéria d’une université. L’emplacement du panier de fruits a été modifié. Initialement situé dans un coin, il a été relocalisé au niveau l’entrée, dans un panier attractif à hauteur d’yeux et facile d’accès. La vente de fruits a alors augmentée de 137,14%.

Pour rendre les transports en communs plus attractifs, les arrêts de bus et de tramway en fruits et légumes (fraises, oranges ou melons géants) de Nagasaki (Japon) sont devenus des objets de curiosités connus à travers le monde. Au-delà de l’aspect ludique, ils protègent les usagers et leur permettent d’attendre confortablement. Les arrêts de bus artistiques, alternatifs, ou développant de nouvelles fonctionnalités pratiques, ou même bus et tramways redessinés se développent à travers le monde. Ces nudges font appel à des designers urbains ou d’intérieur, des artistes, des ingénieurs. Leur but est de réduire la centralité de la place de la voiture dans nos sociétés et éviter la stigmatisation sociale que peut constituer le fait de prendre les transports en communs.

Un autre tentative s’est déroulée aux Etats-Unis en 1998. Chaque jour, pendant quatre semaines, une note a été apposée à la porte de 120 maisons. Cette note informait le foyer du nombre des voisins participant au tri des ordures ménagères et de la quantité de matière recyclée que cela représentait. L’impact fut immédiat avec une augmentation du volume de tri de 19 %. L’effet fut à priori durable puisqu’il se maintint quatre semaines après l’arrêt de l’apposition des notes sur les portes. Les notes étaient manuscrites, renforçant encore le sentiment de proximité avec ses voisins, facteur clé de ce nudge.

Des avantages et des inconvéniants

En effet, les nudges ont démontré leur efficacité lorsqu’ils ont été mis en place lors de plusieurs expériences à échelle réduite.

Pourtant, de nombreuses critiques et limites apparaissent. Certains nudges jouent sur la culpabilité ou la pression sociale. Sans compter que la durabilité des changements de comportement reste encore à être étudiées.

Enfin, le nudge n’est-il pas une adaptation moderne et numérique de l’esprit concret, ludique et de proximité des actions d’éducation à l’environnement et au développement durable ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Sources : www.futuribles.com

Pratiques environnementales des Français

Analyse des pratiques domestiques des Français en matière d’environnement

Quelle prise en compte de l’environnement  au sein des foyers ?

Une enquête consacrée aux pratiques environnementales des ménages a été conduite par le commissariat général au développement durable.

Les données collectées permettent de saisir l’importance que les Français accordent à la gestion de leurs déchets et à leur consommation d’énergie dans leur quotidien. Ce sont les deux façons pour réduire leurs impact environnemental au sein de leur foyer. Les résultats montrent aussi l’impact de certaines caractéristiques des ménages sur les pratiques déclarées.

Les résultats montrent bien que ces formes emblématiques d’implication sont largement pratiqués dans les ménages français. C’est en particulier le cas du tri des déchets, plus de huit Français sur dix déclarent en effet le pratiquer.

il existe toutefois de grandes différences entre ménages, en fonction de leur intérêt pour l’environnement, de leurs problèmes ou de leurs capacité d’agir. De même, l’âge, l’emplacement géographique, et la taille du ménage, influencent grandement leurs comportements.

 

 

 

 

Les résultats de l’enquête