Articles

Les dates des commissions géographiques 2019 de l’Agence de l’Eau

Les commissions géographiques du bassin Rhône-Méditerranée

Cinq commissions géographiques pour le bassin Rhône-Méditerranée ont été créées à l’initiative du comité de bassin. Elles constituent le lieu d’information et de débats sur les politiques portées par le comité de bassin.

COMPOSITION

La commission géographique regroupe l’ensemble des acteurs de l’eau du périmètre de la commission territoriale de bassin, sans être limitée aux seuls membres du comité de bassin. Le but est de rassembler les élus de l’eau (conseils départementaux et régionaux, services publics d’eau et d’assainissement, établissements publics territoriaux de bassin, structures locales de gestion de bassins versants, usagers économiques et associations…).
Les présidents et vice-présidents des commissions sont élus par le comité de bassin.

MISSIONS

Les commissions géographiques sont des instances d’échanges et de débats.

Elles sont réunies en moyenne une fois par an.
Le bureau du comité de bassin coordonne l’ensemble des commissions géographiques en décidant du calendrier et de l’ordre du jour des réunions. Le secrétariat est assuré par l’agence de l’eau.

Durance-Littoral PACA

  • Jeudi 7 février 2019, de 10h à 16h

Espace Jean Ferrat – 89 avenue du 8 mai 1945 – 13240 SEPTEMES-LES-VALLONS

>> Télécharger l’ordre du jour

>> Télécharger le plan d’accès

>> Inscription gratuite mais obligatoire avant le 25 janvier 2019

Découvrir les actions de la politique de l’Eau en termes d’éducation à l’environnement et au développement durable.

  • lundi 2 décembre 2019, de 10h à 16h

(accueil à partir de 9h30), au Centre des congrès de l’AGORA à AUBAGNE

>> Inscription en ligne

>> Télécharger le plan d’accès

Plus information sur l’article dédié.

Etat des eaux de l'Agence de l'Eau

L’état des eaux en 2018

Rapport sur l’état des eaux en région

Ce rapport, réalisé par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, présente l’état des eaux constaté en 2017, ainsi que son évolution telle qu’elle ressort de l’exploitation de plus de 33 millions d’analyses de surveillance des cours d’eau, nappes et plans d’eau, acquises depuis 1990 :

  • 24 millions d’analyses pour les cours d’eau ;
  • 8 millions d’analyses pour les eaux souterraines ;
  • 1 million d’analyses pour les plans d’eau.

Méthode

Il respecte les consignes de la directive cadre européenne sur l’eau (directive 2000/60/CE). Au niveau national, l’arrêté ministériel du 26 juillet 2010 définit l’organisation de la surveillance des eaux dans le cadre du schéma national des données sur l’eau (SNDE).

Pour  les  bassins  Rhône‐Méditerranée  et  Corse,  ce  schéma  confie  à  l’agence  de  l’eau  Rhône  Méditerranée  Corse, établissement public de l’Etat, la responsabilité de la production des données sur la qualité des eaux.

Au moment où les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) adoptés fin 2015 pour la période 2016‐2021 sur les bassins Rhône‐Méditerranée et Corse sont en cours de mise en œuvre, ce rapport dresse  l’évolution  de  l’état  des  eaux  superficielles  et  souterraines  de  ces  bassins,  telle  qu’elle  peut  être  constatée aujourd’hui grâce aux résultats recueillis dans le cadre du programme de surveillance de l’état des eaux.

Les mesures s’effectuent sur 1 676 stations.

En savoir plus sur la  politique de l’eau en région.

Séminaire Life+ ENVOLL

Invitation au séminaire Life+ ENVOLL

En effet, les partenaires du Life+ ENVOLL vous invite à participer à 2 jours de séminaire. Pour rappel, le séminaire final du projet Life+ ENVOLL se tiendra du Lundi 15 au Mercredi 17 octobre 2018 au Palais des congrès d’Arles.

Ainsi, vous trouverez ci-joint le programme de ces 3 jours et ci-dessous les différentes informations relatives à votre inscription et vos réservations éventuelles.

Tout d’abord, pour information, l’inscription à ce séminaire est gratuite et les repas sont offerts par les Amis des Marais du Vigueirat, dans le cadre du projet Life+ ENVOLL.

Invitation des Amis du Marais du Vigueirat

Ainsi, pour vous inscrire, il suffit de compléter le formulaire en ligne d’ici le Jeudi 27 septembre au plus tard. De sorte qu’en répondant aux différentes questions afin que nous puissions organiser au mieux cet évènement. Il est essentiel que les inscriptions soient faites dans le délai fixé. En effet, nos différents prestataires ont besoin de connaître le nombre exact de participants pour la fin du mois de septembre. Aussi, nous vous remercions par avance de respecter cette date limite.
Lien du formulaire : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScxIXFe9zaLqU4EdKNS2gK9jJGSqkfJoj4l_cRjfWuXw_V2RA/viewform?usp=sf_link

Donc, votre hébergement pour les nuits du lundi et mardi dans les hôtels les plus proches du palais des congrès ? Vous avez encore la possibilité de vous rendre sur la centrale de réservation suivante (resa.arlesevents.com, mot de passe : Envoll)
Autrement, vous pouvez vous rendre sur le site de l’office de tourisme d’Arles (https://www.arlestourisme.com/fr/brochures-à-télécharger.html). Ainsi, vous y trouverez les différents guides pour les hébergements (hôtels, chambres d’hôtes, auberge de jeunesse, camping) et autres activités. Sachant que le mois d’octobre est encore très prisé sur Arles. Partant de ce fait, nous vous invitons à ne pas trop tarder pour effectuer vos réservations.

Journée Biodiversité Programme

Journée “Biodiversité : l’engagement éco-citoyen des familles”

Journée “Biodiversité : l’engagement éco-citoyen des familles” le 4 octobre 2018

En effet, cette journée Biodiversité est ouverte à tous et gratuite. Cependant, l’inscription est obligatoire pour des questions d’organisation par mail à urafpaca@orange.fr

A savoir : ce qu’il y aura lors de cette journée Biodiversité

Tout d’abord, 10h15 – 10h55 : La Biodiversité : où en est-on ? Quels enjeux pour les familles ? M. Chevassus -au -Louis, président de l’association Humanité et Biodiversité.

Ensuite, 11h35 – 12h : La valorisation de la biodiversité dans les
espaces urbains, quelle implication pour la Région PACA ? Présentation du projet NATURE FOR CITY LIFE, Céline HAYOT, Cheffe de projet biodiversité, Conseil Régional PACA

Par exemple, 13h45 – 14h10 : Mireille BENEDITTI, Présidente de l’Agence Régionale pour l’environnement et Conseillère régionale, Vice-Présidente de la commission environnement, mer et forêt de la Région Sud PACA, Etienne FREJEFOND, Directeur Interrégional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse,
Agence Française pour la Biodiversité.

14h40 – 15h : Actions pédagogiques favorisant la préservation de la biodiversité : intervention de l’association France Nature et Environnement PACA

En savoir plus sur la journée Biodiversité…

Agence de l’Eau : Adoption du programme 2019-2024

Avis du Conseil Économique Social et Environnemental

Avis du Conseil économique, social et environnemental

En effet, l’avis du CESE (Conseil économique, social et environnemental) est sorti sur la nature en ville en séance plénière le 11 juillet dernier.
L’avis a été rapporté par Annabelle Jaeger (groupe des personnalités qualifiées) au nom de la section de l’environnement, présidée par Anne-Marie Ducroux. En effet, d’ici à 2050, 75% des citoyennes et des citoyens vivront en zone urbaine. Ainsi imaginer et préparer la ville de demain constitue un enjeu majeur.

La suite en cliquant sur les liens ci-dessous et les préconisations synthétiques du CESE.

 

 

 

La « Nature en ville » est au cœur des enjeux contemporains. En effet, la nature assure des services écologiques majeurs. Réduction des pollutions, des îlots de chaleur, des eaux de ruissellement… Alors que nous sommes dans un milieu urbain toujours plus dense et minéral. Ainsi, la nature sous toutes ses formes est indispensable pour faire face aux défis environnementaux. Face au réchauffement climatique, à l’érosion de la biodiversité, etc. Mais aussi pour contribuer à un cadre de vie plus agréable et répondre aux enjeux de santé humaine.

Le CESE a travaillé pour accélérer la dynamique de « renaturation » des villes. Il souhaite mettre l’accent sur la nécessité d’inclure la nature dans l’ensemble des politiques publiques. Mais également, il souhaite en faire un élément structurant de l’aménagement urbain. Le CESE insiste sur l’enjeu social de la « nature en ville ». Cette dernière doit répondre tout d’abord aux besoins des habitantes et habitants. Mais il doit aussi contribuer à la solidarité des villes avec les campagnes qui ne cessent d’être artificialisées du fait de l’étalement urbain.

La Laro-mobile : outils pour les oiseaux du littoral

Découvrir les oiseaux du littoral

La “laro-mobile” permet de faire découvrir les oiseaux du littoral. Notamment aux personnes qui fréquentent les sites de reproduction et de sensibiliser le grand public aux conséquences des dérangements de ces espèces pendant la période de nidification. Elle est le fruit d’une riche co-construction entre gestionnaires d’espaces naturels et éducateurs à l’environnement. Le programme a concerné plusieurs régions : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie /Pyrénées-Méditerranée et Corse.

Elle contient une panoplie d’outils pédagogiques. Des jeux. Une plaquette d’identification et des paires de jumelles. Des figurines des œufs et d’oiseaux et des sacs à toucher. Un carnet de voyage et un sac à dos pour aller à la rencontre du public…

Un partenariat riche

Le Réseau Ecole et Nature a coordonné la conception et la réalisation des outils dans le cadre du volet Sensibilisation-Education du projet Life+ ENVOLL. Ce projet a été mené avec les GRAINE Occitanie, GRAINE PACA et l’Office de l’environnement de la Corse.

Et l’association des Amis du marais du Vigueirat porte le programme Life+ ENVOLL.

Des outils pour découvrir les laro-limicoles

Ces outils sont pensés d’une manière complémentaire et permettent ainsi d’aborder différents thèmes par une approche participative et ludique. Notamment, l’identification des espèces, habitat, alimentation, nidification, migration, prédation, dérangements…

En effet, ils s’appuient sur une technique d’animation innovante, le « maraudage ». Elle est conçue pour interpeller les visiteurs d’un site par l’intermédiaire d’un animateur et d’outils légers de sensibilisation. Ainsi, l’animateur circule ainsi sur le site avec la carriole pédagogique ou le sac à dos et engage la discussion avec les personnes de passage. Cette démarche active permet de sensibiliser le grand public « non-captif », des personnes qui ne sont initialement pas venues pour participer à une animation.

Développer des actions de sensibilisation

Six « laro-mobiles » ont vu le jour en 2015 et ont sillonné les plages des 3 régions concernées lors de 3 campagnes de sensibilisation 2015-2016-2017. Ainsi, les animateurs et les gestionnaires impliqués dans le projet ont ainsi pu, de façon ludique, s’adresser à plus de 20.000 personnes. Notamment, les usagers habituels des sites ou des touristes.

Dans le contexte du Plan de conservation « après Life », cet outil est utilisable par toute structure compétente et motivée. Cette dernière pourra mettre en place des actions de sensibilisation, voire d’éducation dans un contexte permettant des interventions de plus longue durée.

Si l’utilisation de la laro-mobile vous intéresse, merci de renseigner le sondage : https://goo.gl/forms/yyDTo0uhHL4f1z5Y2

Télécharger la plaquette de présentation de la laro-mobile.

Concours du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Des nouvelles pour la transition écologique et solidaire

Concours du Ministère de la Transition écologique et solidaire

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de la Culture organisent un concours de nouvelles. Ce concours a pour objectif d’encourager une prise de conscience intime et sensible de ce qui se joue dans l’érosion de la trame vivante de notre environnement.

La biodiversité. Les écosystèmes et les services rendus par la nature. Ou encore le biomimétisme. Ils font partie des priorités de l’action politique du ministère de la transition écologique et solidaire. Mais une telle transition va au-delà de ces sujets savants. En effet, elle nécessite de repenser en profondeur notre relation à la nature, d’interroger et de transformer nos habitudes, notre sensibilité et notre culture. La littérature peut, elle aussi, nous aider à nous représenter cette transition pour mieux l’opérer.

 

Des nouvelles pour une transition écologique

Les nouvelles envoyées proposeront une vision d’une transition écologique et solidaire qui place la relation harmonieuse de l’homme et la nature au cœur des enjeux des années à venir.

Enfin, les nouvelles comprendront de 5000 à 10000 signes et seront à envoyer avant le 15 août 2018, à minuit au plus tard à l’adresse électronique suivante : concours.nouvelles [a] developpement-durable.gouv.fr.

 

Pour cela, le règlement du concours est accessible au lien suivant

Plancton et Planktobox

Autour du plancton : Planktomania

Pour faire connaître le plancton marin

En effet, le projet Planktomania a pour objectif de faire connaître le plancton marin à un large public. Il rend cet objectif plus accessible grâce aux nouvelles technologies 3D : réalité virtuelle, réalité augmentée et impression 3D.

Le projet « Planktomania » porté par la Station biologique de Roscoff en partenariat avec la Région Bretagne, l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne, le Rectorat, Océanopolis, le REEB et les deux associations Cap vers la nature et l’Observatoire du plancton, a donné naissance à  la Planktobox, un outil pédagogique qui révolutionne la découverte du monde de l’infiniment petit.

Une malle pédagogique autour du plancton : Planktobox

La malle permet de rendre visible et tactile le plancton et d’animer dehors, de s’immerger dans la goutte d’eau voire de devenir plancton soi-même, grâce au virtuel.

En ce sens, le Réseau d’éducation à l’environnement en Bretagne (REEB) assure la diffusion de la planktobox à l’échelle nationale.

Donc, vous êtes intéressé.e par la Planktobox ? Découvrez ci-dessous la plaquette de présentation et le bon de commande.

Tout d’abord, découvrez la plaquette de présentation.

Puis, téléchargez le bon de commande.

Prix BLIIIDA – Jardin urbain du futur

Prix pour un jardin urbain du futur

En effet, BLIIIDA (ex-TCRM Blida) lance une nouvelle édition de son prix dédié à l’inspiration, l’innovation et l’intelligence collective au service de demain : le PRIIIX BLIIIDA.
Ainsi, en 2018, le thème du PRIIIX BLIIIDA est “Back to Basilic ! le jardin urbain du futur.”

C’est pourquoi il s’adresse à toutes les organisations et individus de BLIIIDA, de Metz, de toute la France et d’Europe.

A LA CLÉ
• 6 semaines de résidence dans les locaux de BLIIIDA,
• la présentation du projet lors du Festival d’anticipation FuturOKlatsch le 1er septembre 2018 et son exposition permanente à BLIIIDA jusqu’en 2019,
• 10 000 euros de soutien financier pour la réalisation du projet.

CALENDRIER DE L’APPEL À PROJETS

• 6 juin l Lancement de l’appel à projets
• 6 juillet l Clôture des candidatures
• 10 juillet l Jury
• 15 juillet – 30 août l Résidence de création à BLIIIDA
• 2 septembre l Inauguration à BLIIIDA dans le cadre du Festival FuturOKlatsch

THÈME : BACK TO BASILIC ! LE JARDIN DU FUTUR

Donc, cet appel à projet consiste à imaginer le ou les futurs du jardin, et à créer un jardin urbain modulable et reproductible. Aussi, le jardin lauréat sera installé sur le site de BLIIIDA dès septembre 2018, en préfiguration de son ouverture au public.
Par conséquent, jardin urbain pédagogique ou contestataire, avec ou sans serre, avec ou sans terre, les candidats sont invités à jouer sur les couleurs, les profondeurs, les messages et les airs pour délivrer le modèle compact et miniature du jardin urbain du futur.
En effet, il devra intégrer une dimension technologique et énergétique pour une économie d’échelle et de ressources poussée à son maximum. Donc, cet îlot de verdure poursuit plusieurs objectifs au bénéfice de la ville et des citadins :
• verdir et aérer la ville,
• raviver la culture de l’agriculture,
• redonner le goût de la terre et de la convivialité.

Jardin urbain

Ainsi, les candidats combineront ou traiteront les différents usages des jardins urbains du futur, par exemple :
• Faire paysage ou dépayser. Alliant création originale, pédagogie et matériaux innovants, ce jardin urbain doit inviter au dépaysement et à la réflexion. Il peut susciter une perception décalée de l’espace, au moyen d’effets de couleurs, de profondeur, de taille ou de saisons…
• Nourrir le corps, les sens et l’esprit. Le jardin du siècle à venir sera comestible ou ne sera pas ! Composé de légumes, ou de plantes sauvages, d’aromatiques ou d’ornementales, ce jardin sera un support pédagogique du savoir-faire horticole et arboricole.
• Connecter ou déconnecter. La qualité des solutions agricoles, paysagères, artistiques et technologiques développées devra permettre le retour à la nature urbaine vivrière. En effet, cette dernière donne envie aux passants de s’y attarder, de s’y reposer ou de s’y engager pour développer un potentiel de rencontres et d’échanges de connaissances sur l’agriculture urbaine.

DOSSIER DE CANDIDATURE

En conséquence, le dossier devra être intitulé “PRIIIXBLIIIDA2018-nomducandidat”. Notamment, il doit être envoyé avant le 6 juillet à minuit à contact@tcrm-blida.com. Il mentionnera “Priiix Bliiida 2018” dans l’objet du mail.
Ainsi, il devra comprendre :
• Une note d’intention décrivant le pré-projet, les acteurs impliqués dans le projet, les médias envisagés, et la démarche artistique concernant l’espace public.
• Une fiche technique détaillée (besoins en électricité, eau, transport, stockage, réseau wifi…)
• Un/des croquis ou maquettes (quatre visuels minimum, qui peuvent être affichés ou installés lors d’événements pour être présentés au public)
• Un CV et Portfolio par intervenant
• Un budget prévisionnel détaillé
Notamment, le projet lauréat et réalisé deviendra la propriété de BLIIIDA.

CONTACT
• contact@tcrm-blida.com

PARTENAIRES

Enfin, l’appel à projets s’inscrit dans le projet Noé-Noah Interreg V A. En effet, il s’agit d’une opération de valorisation, de mise en événement et promotion commune des techniques de préservations de l’exceptionnelle biodiversité de la Grande Région.
Ainsi, avec cet appel à projets, BLIIIDA souhaite déclencher des démarches de retour à la nature et à la biodiversité dans les villes. De plus, il promeut le « faire soi-même » dans le domaine de l’alimentation avec du local et saisonnier, du raisonné et de la biodiversité.
Organisé avec le soutien de l’entreprise E-FLUID.