Articles

Concours du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Des nouvelles pour la transition écologique et solidaire

Concours du Ministère de la Transition écologique et solidaire

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de la Culture organisent un concours de nouvelles. Ce concours a pour objectif d’encourager une prise de conscience intime et sensible de ce qui se joue dans l’érosion de la trame vivante de notre environnement.

La biodiversité. Les écosystèmes et les services rendus par la nature. Ou encore le biomimétisme. Ils font partie des priorités de l’action politique du ministère de la transition écologique et solidaire. Mais une telle transition va au-delà de ces sujets savants. En effet, elle nécessite de repenser en profondeur notre relation à la nature, d’interroger et de transformer nos habitudes, notre sensibilité et notre culture. La littérature peut, elle aussi, nous aider à nous représenter cette transition pour mieux l’opérer.

 

Des nouvelles pour une transition écologique

Les nouvelles envoyées proposeront une vision d’une transition écologique et solidaire qui place la relation harmonieuse de l’homme et la nature au cœur des enjeux des années à venir.

Enfin, les nouvelles comprendront de 5000 à 10000 signes et seront à envoyer avant le 15 août 2018, à minuit au plus tard à l’adresse électronique suivante : concours.nouvelles [a] developpement-durable.gouv.fr.

 

Pour cela, le règlement du concours est accessible au lien suivant

Prix BLIIIDA – Jardin urbain du futur

Prix pour un jardin urbain du futur

En effet, BLIIIDA (ex-TCRM Blida) lance une nouvelle édition de son prix dédié à l’inspiration, l’innovation et l’intelligence collective au service de demain : le PRIIIX BLIIIDA.
Ainsi, en 2018, le thème du PRIIIX BLIIIDA est “Back to Basilic ! le jardin urbain du futur.”

C’est pourquoi il s’adresse à toutes les organisations et individus de BLIIIDA, de Metz, de toute la France et d’Europe.

A LA CLÉ
• 6 semaines de résidence dans les locaux de BLIIIDA,
• la présentation du projet lors du Festival d’anticipation FuturOKlatsch le 1er septembre 2018 et son exposition permanente à BLIIIDA jusqu’en 2019,
• 10 000 euros de soutien financier pour la réalisation du projet.

CALENDRIER DE L’APPEL À PROJETS

• 6 juin l Lancement de l’appel à projets
• 6 juillet l Clôture des candidatures
• 10 juillet l Jury
• 15 juillet – 30 août l Résidence de création à BLIIIDA
• 2 septembre l Inauguration à BLIIIDA dans le cadre du Festival FuturOKlatsch

THÈME : BACK TO BASILIC ! LE JARDIN DU FUTUR

Donc, cet appel à projet consiste à imaginer le ou les futurs du jardin, et à créer un jardin urbain modulable et reproductible. Aussi, le jardin lauréat sera installé sur le site de BLIIIDA dès septembre 2018, en préfiguration de son ouverture au public.
Par conséquent, jardin urbain pédagogique ou contestataire, avec ou sans serre, avec ou sans terre, les candidats sont invités à jouer sur les couleurs, les profondeurs, les messages et les airs pour délivrer le modèle compact et miniature du jardin urbain du futur.
En effet, il devra intégrer une dimension technologique et énergétique pour une économie d’échelle et de ressources poussée à son maximum. Donc, cet îlot de verdure poursuit plusieurs objectifs au bénéfice de la ville et des citadins :
• verdir et aérer la ville,
• raviver la culture de l’agriculture,
• redonner le goût de la terre et de la convivialité.

Jardin urbain

Ainsi, les candidats combineront ou traiteront les différents usages des jardins urbains du futur, par exemple :
• Faire paysage ou dépayser. Alliant création originale, pédagogie et matériaux innovants, ce jardin urbain doit inviter au dépaysement et à la réflexion. Il peut susciter une perception décalée de l’espace, au moyen d’effets de couleurs, de profondeur, de taille ou de saisons…
• Nourrir le corps, les sens et l’esprit. Le jardin du siècle à venir sera comestible ou ne sera pas ! Composé de légumes, ou de plantes sauvages, d’aromatiques ou d’ornementales, ce jardin sera un support pédagogique du savoir-faire horticole et arboricole.
• Connecter ou déconnecter. La qualité des solutions agricoles, paysagères, artistiques et technologiques développées devra permettre le retour à la nature urbaine vivrière. En effet, cette dernière donne envie aux passants de s’y attarder, de s’y reposer ou de s’y engager pour développer un potentiel de rencontres et d’échanges de connaissances sur l’agriculture urbaine.

DOSSIER DE CANDIDATURE

En conséquence, le dossier devra être intitulé “PRIIIXBLIIIDA2018-nomducandidat”. Notamment, il doit être envoyé avant le 6 juillet à minuit à contact@tcrm-blida.com. Il mentionnera “Priiix Bliiida 2018” dans l’objet du mail.
Ainsi, il devra comprendre :
• Une note d’intention décrivant le pré-projet, les acteurs impliqués dans le projet, les médias envisagés, et la démarche artistique concernant l’espace public.
• Une fiche technique détaillée (besoins en électricité, eau, transport, stockage, réseau wifi…)
• Un/des croquis ou maquettes (quatre visuels minimum, qui peuvent être affichés ou installés lors d’événements pour être présentés au public)
• Un CV et Portfolio par intervenant
• Un budget prévisionnel détaillé
Notamment, le projet lauréat et réalisé deviendra la propriété de BLIIIDA.

CONTACT
• contact@tcrm-blida.com

PARTENAIRES

Enfin, l’appel à projets s’inscrit dans le projet Noé-Noah Interreg V A. En effet, il s’agit d’une opération de valorisation, de mise en événement et promotion commune des techniques de préservations de l’exceptionnelle biodiversité de la Grande Région.
Ainsi, avec cet appel à projets, BLIIIDA souhaite déclencher des démarches de retour à la nature et à la biodiversité dans les villes. De plus, il promeut le « faire soi-même » dans le domaine de l’alimentation avec du local et saisonnier, du raisonné et de la biodiversité.
Organisé avec le soutien de l’entreprise E-FLUID.

CESER PACA : Présentation de la Nouvelle mandature

CESER PACA

Nous sommes à la présentation de la nouvelle mandature du CESER PACA à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. En effet, le GRAINE PACA y représente les acteurs de l’Education à l’environnement.

Pollution lumineuse- Le Jour de la Nuit

Sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse : le Jour de la Nuit

Le coût économique de la pollution lumineuse

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la pollution lumineuse et l’éclairage public représentent :
– 11 millions de points lumineux qui servent à éclairer nos villes et nos campagnes, ce qui équivaut à 1260MW soit l’équivalent d’un réacteur nucléaire
– 37% de la facture d’électricité d’une commune

Aujourd’hui, 30 à 50% de la lumière est renvoyée vers le ciel avec la plupart des lampadaires actuels. Pour ce qui est des lampes à bulles, très communes dans nos villes et villages, 60% de la lumière est totalement perdue, ce qui est une source de gaspillage considérable.

L’objectif du Jour de la Nuit

Tout d’abord, il s’agit de sensibiliser aux effets néfastes de la pollution lumineuse sur la biodiversité, la santé, le ciel étoilé et sur la nécessaire sobriété énergétique pour limiter les dérèglements
climatiques. En effet, il faut favoriser une prise de conscience collective sur un sujet encore peu et mal connu. Enfin, l’évènement invite à s’émerveiller de la beauté de la «nuit noire», renouer avec la magie d’une nuit.

Des animations gratuites en région PACA

Le Jour de la Nuit est une opération annuelle de sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse. Cet évènement grand public invite également à retrouver la magie d’une nuit préservée. Près de 500 évènements sont organisés chaque année dans toute la France.
Le Jour de la Nuit est un évènement grand public, ouvert à tous et fédérateur. Toutes les animations sont gratuites.
Beaucoup des acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable de la région PACA participent à cet évènement.
Appel à projet Prix International de l'eau Junior 2018

Appel à projet – Prix international de l’eau Junior 2018

Un appel à projet pour les jeunes

Cet appel à projet est proposé par le Stockholm International Water Institute, SIWI. Il mène une activité de recherche, conduit des projets et publie de nombreuses études et rapports sur l’eau. L’eau est en lien avec les thématiques de la gouvernance, de la gestion des eaux transfrontalières, du lien entre eau et changements climatiques, de l’économie de l’eau et du lien entre l’eau, l’énergie et l’alimentation.

Dans ce cadre, le SIWI a créé le Stockholm Junior Water Prize. Il a pour objectif de sensibiliser et encourager les lycéens à s’engager en faveur d’une gestion raisonnée de l’eau pour les générations présentes et futures.

Ce concours sensibilise aux enjeux de la préservation, de l’utilisation et du partage de l’eau à travers la démarche de projet. Il s’inscrit pleinement dans les objectifs du développement durable définis par l’ONU !

Les candidats peuvent soumettre des projets scientifiques, techniques ou de sensibilisation innovants et concrets. Ces projets doivent répondre aux défis sociétaux et environnementaux actuels.

Qui peut y participer à l’appel à projet ?

Les jeunes entre 15 et 20 ans, résidant en France et être élève dans l’enseignement secondaire (lycée).

Téléchargez l’appel à projet 2018

Inscriptions jusqu’au 15 décembre 2017
Soumission des projets jusqu’au 6 avril 2018

L'escalier piano du métro de Stockholm

Nudges et éducation à l’environnement

Les nudges peuvent-ils aider à changer les comportements ?

Tout d’abord, il faut savoir que 4 outils sont le plus souvent usités pour faire changer les comportements :

  • l’information et la sensibilisation. Ainsi, c’est dans ce champ que l’éducation à l’environnement et au développement durable apporte sa contribution.
  • l’incitation financière
  • la législation (interdiction ou obligation)
  • l’exemplarité

Or, l’on entend de plus en plus parler des nudges (“coups de pouce” en français). Il s’agit d’un concept inventé par Cass Sunstein (juriste) et Richard Thaler (économiste) en 2008. D’après ces derniers, les changements de comportement ne peuvent se faire par la contrainte et la sanction. Ils supposent avant tout des incitations (ou coups de pouce).

Un outil qui prends de multiples formes

Par exemple, aux Etats-Unis en 2009, une expérience a été menée pour inciter les individus à consommer des aliments sains. L’expérience s’est réalisée dans la cafétéria d’une université. L’emplacement du panier de fruits a été modifié. Initialement situé dans un coin, il a été relocalisé au niveau l’entrée, dans un panier attractif à hauteur d’yeux et facile d’accès. La vente de fruits a alors augmentée de 137,14%.

Pour rendre les transports en communs plus attractifs, les arrêts de bus et de tramway en fruits et légumes (fraises, oranges ou melons géants) de Nagasaki (Japon) sont devenus des objets de curiosités connus à travers le monde. Au-delà de l’aspect ludique, ils protègent les usagers et leur permettent d’attendre confortablement. Les arrêts de bus artistiques, alternatifs, ou développant de nouvelles fonctionnalités pratiques, ou même bus et tramways redessinés se développent à travers le monde. Ces nudges font appel à des designers urbains ou d’intérieur, des artistes, des ingénieurs. Leur but est de réduire la centralité de la place de la voiture dans nos sociétés et éviter la stigmatisation sociale que peut constituer le fait de prendre les transports en communs.

Un autre tentative s’est déroulée aux Etats-Unis en 1998. Chaque jour, pendant quatre semaines, une note a été apposée à la porte de 120 maisons. Cette note informait le foyer du nombre des voisins participant au tri des ordures ménagères et de la quantité de matière recyclée que cela représentait. L’impact fut immédiat avec une augmentation du volume de tri de 19 %. L’effet fut à priori durable puisqu’il se maintint quatre semaines après l’arrêt de l’apposition des notes sur les portes. Les notes étaient manuscrites, renforçant encore le sentiment de proximité avec ses voisins, facteur clé de ce nudge.

Des avantages et des inconvéniants

En effet, les nudges ont démontré leur efficacité lorsqu’ils ont été mis en place lors de plusieurs expériences à échelle réduite.

Pourtant, de nombreuses critiques et limites apparaissent. Certains nudges jouent sur la culpabilité ou la pression sociale. Sans compter que la durabilité des changements de comportement reste encore à être étudiées.

Enfin, le nudge n’est-il pas une adaptation moderne et numérique de l’esprit concret, ludique et de proximité des actions d’éducation à l’environnement et au développement durable ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Sources : www.futuribles.com

Enquête sur la perception des risques majeurs en PACA

Perception des risques majeurs

La DREAL PACA et l’Observatoire des Risques Majeurs de PACA (ORRM PACA) réalisent une enquête sur la perception des risques majeurs par les citoyens de la région.

L’enquête est programmée sur 4 mois de juin à septembre 2017. Les résultats de ce questionnaire seront anonymisés. Ils permettront ainsi de dresser un premier état des lieux qui sera actualisé tous les 2 ans. Ils aideront également à orienter l’action des services de l’Etat, des collectivités et de l’ORRM PACA en matière d’information préventive vers les citoyens.

Accéder à l’enquête

Fiches théoriques pour accompagner les adultes

Fiches d’animation pour adultes

Effectivement, le GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes nous livre le travail de co-construction de nombreux acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable.

Des fiches issues d’un travail collectif

C’est le résultat d’un travail collectif, en réseau, auquel ont participé, chacun(e) en fonction de ses disponibilités : des associations d’EEDD (ADES du Rhône, FRAPNA Rhône, Récup et Gamelles, MJC Confluences, ALE, Robins des villes, Conscience et Impact Écologique, Hespul, Arthropologia, Cueille et Croque, Anciela, Côté Jardins, IREPS, Acoucité, Apieu Mille Feuilles), des services de la Métropole de Lyon (Service Écologie et Développement Durable, Mission énergie, Direction de la voirie, Direction de la propreté), des communes de la Métropole (Lyon, Saint-Priest, Vénissieux, Feyzin), des chercheur.e.s (avec notamment le Groupe de Recherche et d’Études en Psychologie Sociale de l’Université Lyon 2), des entreprises (Renault-Trucks-Volvo et Sector Group) ainsi que des étudiants et une facilitatrice du changement.

Un recueil de théories

En effet, 21 fiches théoriques sous Licence Creative commons pour aider les éducateurs à accompagner les adultes.

Car ce recueil de théories et méthodes d’accompagnement du changement reformulées de manière synthétique s’appuie sur 3 types d’apports : les apports de la psychologie (fiches 1 à 14), les apports de la sociologie et de la sociologie des organisations (fiches 15 à 17), les apports des sciences de l’éducation et de l’éducation populaire (fiches 17 à 21).

1. Théorie du comportement planifié
2. Modèle d’activation des normes morales
3. Modèle Valeur-Croyance-Norme
4. Théorie d’encadrement d’objectifs
5. Théorie du champ de forces
6. Autorégulation du comportement
7. Modèle transthéorique
8. Changement de comportement autorégulé
9. Communication engageante
10. Les nudges
11. Les perspectives temporelles
12. Théorie des besoins et mécanismes de résistance psychologiques
13. Théorie des représentations sociales
14. La posture d’accompagnement
15. Le changement organisationnel
16. La résistance au changement dans une organisation
17. Faire ressentir, faire comprendre, faire obéir
18. Intelligences citoyennes
19. La pédagogie de projet
20. Le théâtre forum
21. L’action communautaire

D’autres outils

Une grille de questions à se poser

En effet, élaborée collectivement, cette grille a été construite à partir des 21 fiches et des ateliers d’appui à la pratique pendant lesquels acteurs et chercheurs ont relié des pratiques d’accompagnement à des théories et des théories à des pratiques. Donc, il s’agit d’un outil d’appui méthodologique, d’autoformation, d’analyse des démarches d’accompagnement. C’est une aide pour savoir « où poser le regard », quelles questions se poser avant, pendant et après l’accompagnement d’individus ou de groupes d’adultes. Cette grille permet de relier des questions aux 21 fiches, lorsque l’on veut approfondir tel ou tel aspect de son projet d’accompagnement.

Un mode d’emploi

Également, un mode d’emploi permet de comprendre comment utiliser ces outils, à la fois les fiches et la grille de questions à se poser. En effet, il reprend les intentions de ce projet, les étapes principales de la démarche qui nous ont permis d’en arriver là, ainsi que des ressources pour aller plus loin sur ces questions d’accompagnement du changement.

Des outils libres de droits, amenés à évoluer

Car l’ensemble des fiches et outils développés dans le cadre de ce projet sont le fruit d’un processus d’intelligence collective et sont donc libres de droit (Licence Creative Commons CC+BY+NC+SA). Donc, ce qui veut dire que vous pouvez les partager sous tous les formats, à condition de : créditer l’œuvre et d’indiquer si des modifications ont été effectuées, ne pas les utiliser de manière commerciale, et de les diffuser dans les mêmes conditions (dans le cas où vous effectuez des transformations à partir de l’œuvre originale vous devez la partager avec cette même licence).

Certes, ces différents outils ne sont pas exhaustifs, loin de là, et sont une invitation à aller plus loin, explorer, investiguer, expérimenter et partager, encore et encore… Mais, il est possible de les faire évoluer, d’y ajouter des critiques, des théories, des questions à se poser… Donc, pour cela, n’hésitez pas à proposer des compléments en contactant elise.ladeveze@graine-rhone-alpes.org

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes…

La Boîte à Compost – Mallette pédagogique sur le compostage

L’outil pédagogique sur le compost pour tous

La boîte à compost est une mallette pédagogique permettant de sensibiliser au compostage et à la gestion des déchets. Elle développe des animations adaptées auprès de différents publics : enfants, adolescents et adultes. Par ailleurs, elle s’intègre dans les projets de développement durable des établissements scolaires, associations et collectivités.

En outre, la boîte à compost est un outil pédagogique qui permet de créer ses propres projets et animations de sensibilisation au compostage. La boîte à compost vous fait découvrir le mode de recyclage le plus naturel des résidus organiques à travers une démarche participative.

Contenu de la mallette boîte à compost

La variété du matériel de la boîte à compost permet de multiples approches. Sensorielle, ludique, naturaliste, expérimentale, systémique, artistique, imaginaire, créative… Tout le contenu est expliqué en détail sur le site de la Boîte à Compost.

Vous aurez de nombreuses portes d’entrée possibles pour aborder la thématique du compostage ce qui rendra votre animation plus dynamique.

De plus, l’ensemble des supports contenus dans la mallette pédagogique sont disponibles en version numérique sur le CD-Rom, et sont donc reproductibles et imprimables.

Pourquoi cette démarche ?

La gestion des déchets, grand enjeu de notre siècle, s’impose comme l’un des éléments incontournable du développement durable. Notre production de déchets ayant doublé en 40 ans, la décharge, ou le 7e continent sont devenus les symboles de notre société. Ces éléments nous incitent à nous remettre en question sur notre consommation et la gestion de nos déchets.

La poubelle d’un ménage étant composée pour 30% en poids de déchets organiques. Le compostage apparaît ainsi comme l’un des axes de réponse à cette problématique.

En effet, le Grenelle de l’environnement a fixé des objectifs de valorisation d’au moins 45% des déchets recyclables et compostables en 2015. Depuis, le compostage est devenue l’une des priorités des politiques publiques.

Pour en savoir plus sur l’outil, rendez-vous sur son site internet.

Guide Ecole et Nature

Un guide pour la participation citoyenne

Un guide du réseau

Ecole et Nature a créé avec les structures du réseau un guide méthodologique pour la participation citoyenne. Car mettre la participation des citoyens au cœur de nos projets d’EEDD est un défi qui anime toutes les structures.

Parce que le développement et la mise en place d’actions participatives en vue d’une transition écologique nécessitent des approches pédagogiques et éducatives adaptées, le REN propose ce guide méthodologique.

pour la participation citoyenne

Afin de valoriser tout le savoir-faire méthodologique du réseau sur l’implication, le faire-ensemble, Ecole et Nature vous propose ce document en téléchargement libre.

“Tous porteur de solution ! Guide méthodologique pour favoriser la participation de citoyens en EEDD”

Co-construit avec les acteurs de l’EEDD, il vise à répondre aux besoins et questionnements de différents types d’acteurs. Pour parler aux animateurs, éducateurs à l’environnement, éducateurs sociaux ou encore élus…

Il est constitué de partage d’idées et de méthodes, de témoignages, d’exemples d’actions mises en œuvre. Ainsi qu’une liste de personnes ressources.
Il permet d’identifier les spécificités de ce type de projets, les freins et leviers potentiels et de découvrir la richesse des possibles.

 un guide méthodologique

En effet, il est riche :

  • de fiches méthodologiques. Comment mobiliser ? Former le groupe ? favoriser l’immersion, accompagner la mise en action, valoriser son projet, l’évaluer….
  • de témoignages,
  • d’une biblio avec des guides à télécharger (notamment des guides réalisés au sein de nos réseaux d’EEDD).

Pour le télécharger, c’est ici !