Articles

Pollution lumineuse- Le Jour de la Nuit

Sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse : le Jour de la Nuit

Le coût économique de la pollution lumineuse

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la pollution lumineuse et l’éclairage public représentent :
– 11 millions de points lumineux qui servent à éclairer nos villes et nos campagnes, ce qui équivaut à 1260MW soit l’équivalent d’un réacteur nucléaire
– 37% de la facture d’électricité d’une commune

Aujourd’hui, 30 à 50% de la lumière est renvoyée vers le ciel avec la plupart des lampadaires actuels. Pour ce qui est des lampes à bulles, très communes dans nos villes et villages, 60% de la lumière est totalement perdue, ce qui est une source de gaspillage considérable.

L’objectif du Jour de la Nuit

Tout d’abord, il s’agit de sensibiliser aux effets néfastes de la pollution lumineuse sur la biodiversité, la santé, le ciel étoilé et sur la nécessaire sobriété énergétique pour limiter les dérèglements
climatiques. En effet, il faut favoriser une prise de conscience collective sur un sujet encore peu et mal connu. Enfin, l’évènement invite à s’émerveiller de la beauté de la «nuit noire», renouer avec la magie d’une nuit.

Des animations gratuites en région PACA

Le Jour de la Nuit est une opération annuelle de sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse. Cet évènement grand public invite également à retrouver la magie d’une nuit préservée. Près de 500 évènements sont organisés chaque année dans toute la France.
Le Jour de la Nuit est un évènement grand public, ouvert à tous et fédérateur. Toutes les animations sont gratuites.
Beaucoup des acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable de la région PACA participent à cet évènement.

L’état de l’Education à l’Environnement – Revue de l’Observatoire Edition 2017

L’Observatoire de l’EEDD

L’Observatoire Régional de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable (EEDD) a édité une revue. Dans ce but, ce document revient sur l’état des lieux du secteur à travers l’emploi, les bénévoles, les publics sensibilisés et les thématiques. L’Observatoire a recensé 4300 actions réalisées en 2016 dans toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

En premier lieu, l’Observatoire vise à permettre une analyse dynamique des données de l’EEDD : globale à l’échelle des territoires, et individuelle à l’échelle de chaque structure.

L’emploi en éducation à l’environnement

Le réseau régional compte plus de 700 emplois directs. 2/3 des salariés ont un bac+3 et 3 salariés sur 4 sont en CDI.

 

Les structures renseignant l’Observatoire comptent au moins 5400 bénévoles.

Les type de publics touchés

Observatoire de l'Education à l'environnement et au développement durable200 000 personnes sont sensibilisées par an. En effet, les associations d’éducation à l’environnement interviennent dans différents contextes : dans le cadre scolaire, professionnel ou de loisirs. Des animations « grand public » sont également proposées.
Même si le public enfance/jeunesse représente le cœur historique du métier de l’éducation à l’environnement, les structures recensées s’adressent aujourd’hui majoritairement aux adultes et aux familles.

Le top des thématiques

Observatoire de l'Education à l'environnement et au développement durable

 

 

 

Pour en savoir plus sur l’Observatoire Régional de l’EEDD…

 

Sources : Observatoire Régional de l’EEDD. Ces données de 2015 et 2016 sont issues de l’analyse de 63 structures situées en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces données ne sont pas exhaustives ni représentatives. Elles ont pour objectif de fournir les éléments d’une vision d’ensemble du secteur et les grandes tendances qui s’en dégagent.

Photo nicolas hulot ministre

Décret d’attribution du ministère de Nicolas Hulot

Le décret d’attributions du ministre de la transition écologique et solidaire vient de paraitre !

Nicolas Hulot connaît désormais le périmètre précis de son ministère de la transition écologique et solidaire. Celui-ci a été fixé dans un décret, signé par le président de la République, et publié mercredi 24 mai au Journal officiel.

Concernant l’éducation au développement durable, on peut y trouver à la quatorzième ligne:

“Il contribue au développement de la politique destinée à associer les citoyens à la détermination des choix concernant les projets ayant une incidence importante sur l’environnement, propose toute mesure propre à améliorer la qualité de la vie et contribue au développement de l’éducation, de la formation et de l’information des citoyens en matière d’environnement.”

En savoir plus sur Legifrance