Articles

Concours Décibel d'Or

Le GRAINE et le CRES remportent le décibel d’argent pour la campagne régionale “Ecoute tes oreilles !”

Décibel d’argent pour “Ecoute tes oreilles !”

Le concours du Décibel d’Or cherche à récompenser les objectifs ambitieux de la campagne.

En effet, le bruit est très présent dans notre société. Or, les enfants, dont l’appareil auditif est plus sensible, sont davantage soumis à des risques de dommages auditifs.
Leur environnement de vie peut y participer (cours de récréation, salle de classe, transports…), mais aussi leurs pratiques excessives d’écoute de musique amplifiée. Outre les impacts sur le système auditif, le bruit peut également être facteur de troubles pour le bien-être et la santé de l’enfant. Ainsi, depuis 2016, le CRES et le GRAINE travaillent pour cette campagne régionale aux objectifs importants. Le but est de former les acteurs éducatifs et coordonner des actions de sensibilisation sur toute la région.

L’objectif est de former les enseignants et de sensibiliser 33% des élèves de 6° de la région.

En savoir plus sur le projet.

Une reconnaissance des actions d’éducation à la santé environnementale

Décibel d'Or

En effet, la campagne régionale de prévention des risques auditifs chez les collégiens Ecoute tes oreilles! a été récompensée. Elle a obtenu le 2 décembre 2019 le Décibel d’argent au concours du Décibel d’or 2019, dans la catégorie santé et environnement.

Depuis 1991, le Conseil National du Bruit récompense les initiatives les plus remarquables. Ainsi, le concours met en avant des actions exemplaires en faveur de l’environnement sonore.

Le GRAINE remercie le CRES Provence Alpes Côte d’Azur pour son partenariat. Il remercie l’Agence Régionale de Santé PACA pour sa confiance depuis plusieurs années. Egalement, il remercie les partenaires sans qui cette campagne n’aurait pas la même ambition : l’Insitut National Supérieur du Professorat et de l’Education (INSPE) d’Aix-Marseille, les Académies d’Aix-Marseille et de Nice, le Plan Régional Santé Environnement (PRSE) Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Centre d’information sur le Bruit (CidB)

Enfin, ce trophée revient aux acteurs de terrain : les comités départementaux d’éducation pour la santé, le CPIE du Pays d’Aix, Planète Sciences Méditerranée, le Loubatas, l’ADEE, ALTE, Gap Sciences Animation 05, Méditerranée 2000 et le CPIE Alpes de Provence.

Merci !

Agence de l’Eau : Adoption du programme 2019-2024

Avis du Conseil Économique Social et Environnemental

Avis du Conseil économique, social et environnemental

En effet, l’avis du CESE (Conseil économique, social et environnemental) est sorti sur la nature en ville en séance plénière le 11 juillet dernier.
L’avis a été rapporté par Annabelle Jaeger (groupe des personnalités qualifiées) au nom de la section de l’environnement, présidée par Anne-Marie Ducroux. En effet, d’ici à 2050, 75% des citoyennes et des citoyens vivront en zone urbaine. Ainsi imaginer et préparer la ville de demain constitue un enjeu majeur.

La suite en cliquant sur les liens ci-dessous et les préconisations synthétiques du CESE.

 

 

 

La « Nature en ville » est au cœur des enjeux contemporains. En effet, la nature assure des services écologiques majeurs. Réduction des pollutions, des îlots de chaleur, des eaux de ruissellement… Alors que nous sommes dans un milieu urbain toujours plus dense et minéral. Ainsi, la nature sous toutes ses formes est indispensable pour faire face aux défis environnementaux. Face au réchauffement climatique, à l’érosion de la biodiversité, etc. Mais aussi pour contribuer à un cadre de vie plus agréable et répondre aux enjeux de santé humaine.

Le CESE a travaillé pour accélérer la dynamique de « renaturation » des villes. Il souhaite mettre l’accent sur la nécessité d’inclure la nature dans l’ensemble des politiques publiques. Mais également, il souhaite en faire un élément structurant de l’aménagement urbain. Le CESE insiste sur l’enjeu social de la « nature en ville ». Cette dernière doit répondre tout d’abord aux besoins des habitantes et habitants. Mais il doit aussi contribuer à la solidarité des villes avec les campagnes qui ne cessent d’être artificialisées du fait de l’étalement urbain.