Articles

Avis du Conseil Économique Social et Environnemental

Avis du Conseil économique, social et environnemental

En effet, l’avis du CESE (Conseil économique, social et environnemental) est sorti sur la nature en ville en séance plénière le 11 juillet dernier.
L’avis a été rapporté par Annabelle Jaeger (groupe des personnalités qualifiées) au nom de la section de l’environnement, présidée par Anne-Marie Ducroux. En effet, d’ici à 2050, 75% des citoyennes et des citoyens vivront en zone urbaine. Ainsi imaginer et préparer la ville de demain constitue un enjeu majeur.

La suite en cliquant sur les liens ci-dessous et les préconisations synthétiques du CESE.

 

 

 

La « Nature en ville » est au cœur des enjeux contemporains. En effet, la nature assure des services écologiques majeurs. Réduction des pollutions, des îlots de chaleur, des eaux de ruissellement… Alors que nous sommes dans un milieu urbain toujours plus dense et minéral. Ainsi, la nature sous toutes ses formes est indispensable pour faire face aux défis environnementaux. Face au réchauffement climatique, à l’érosion de la biodiversité, etc. Mais aussi pour contribuer à un cadre de vie plus agréable et répondre aux enjeux de santé humaine.

Le CESE a travaillé pour accélérer la dynamique de « renaturation » des villes. Il souhaite mettre l’accent sur la nécessité d’inclure la nature dans l’ensemble des politiques publiques. Mais également, il souhaite en faire un élément structurant de l’aménagement urbain. Le CESE insiste sur l’enjeu social de la « nature en ville ». Cette dernière doit répondre tout d’abord aux besoins des habitantes et habitants. Mais il doit aussi contribuer à la solidarité des villes avec les campagnes qui ne cessent d’être artificialisées du fait de l’étalement urbain.

Mettre en relation ©GRAINE PACA

Formation Urbanisme durable et Santé

URBANISME DURABLE ET SANTÉ

Cette formation s’intéresse à l’aménagement durable du territoire. En effet, ce dernier est un véritable levier pour améliorer l’état de santé de la population sur le long terme. Effectivement, celui-ci ne dépend pas seulement de la qualité du système de santé qui lui est proposé. Ainsi, il dépend d’abord et avant tout de ses conditions de vie, fortement liées à l’aménagement du territoire, ainsi que de déterminants sociaux, environnementaux et économiques.

Cette formation a pour ambition d’encourager les échanges entre professionnels de la santé publique, de l’urbanisme, de l’environnement, et des collectivités territoriales. Elle cherche à développer les connaissances et les pratiques efficaces pour un urbanisme durable et favorable à la santé.

Pour en savoir plus…

Mettre en relation ©GRAINE PACA

Formation Urbanisme durable et Santé

URBANISME DURABLE ET SANTÉ

Cette formation s’intéresse à l’aménagement durable du territoire. En effet, ce dernier est un véritable levier pour améliorer l’état de santé de la population sur le long terme. Effectivement, celui-ci ne dépend pas seulement de la qualité du système de santé qui lui est proposé. Ainsi, il dépend d’abord et avant tout de ses conditions de vie, fortement liées à l’aménagement du territoire, ainsi que de déterminants sociaux, environnementaux et économiques.

Cette formation a pour ambition d’encourager les échanges entre professionnels de la santé publique, de l’urbanisme, de l’environnement, et des collectivités territoriales. Elle cherche à développer les connaissances et les pratiques efficaces pour un urbanisme durable et favorable à la santé.

Pour en savoir plus…

S’inscrire à la liste de diffusion Éducation Santé-Environnement

Journée Éducation Santé-Environnement

Le GRAINE PACA avait participé à la journée de travail Éducation Santé-Environnement (ESE) du 26/09/2017. Co-organisée par l’IREPS et le Graine AuRA, l’IREPS Bretagne, la FNES et le REN,  les participants (23 réseaux régionaux d’EEDD ou IREPS) ont émis le souhait de créer une liste d’échange et de diffusion. En effet, les partenariats GRAINE-IREPS ont besoin de se renforcer, et de s’appuyer sur les pratiques des uns et des autres. De la sorte, une journée par an ne suffit pas. Donc, c’est pour cela que nous vous proposons d’échanger plus régulièrement par mail pour faire avancer la thématique ESE.

Ainsi, les objectifs de cette liste sont :

  • Favoriser les échanges entre acteurs territoriaux de l’ESE
  • Permettre la diffusion d’outils, de pratiques, d’expériences
  • Poursuivre le travail sur l’interconnaissance
  • Renforcer le partenariat entre GRAINE et IREPS
  • Avoir un espace de discussion entre les journées nationales et favoriser le travail collaboratif pour poursuivre le travail (définition commune de l’ESE, organisation des prochaines journées nationales, plaidoyer…)

S’inscrire à la liste de diffusion nationale Éducation Santé-Environnement

Donc, vous l’avez compris cette liste servira à échanger, diffuser, questionner, partager et co-construire.

Une seule règle de fonctionnement : s’engager à synthétiser les retours quand on sollicite la liste pour collecter des connaissances, expériences ou ressources et à renvoyer cette synthèse à la liste.

Si vous êtes intéressé(e), envoyez votre contact à Samuel Moktar – samuel.moktar [at] ecole-et-nature.org

Pollution lumineuse- Le Jour de la Nuit

Sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse : le Jour de la Nuit

Le coût économique de la pollution lumineuse

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la pollution lumineuse et l’éclairage public représentent :
– 11 millions de points lumineux qui servent à éclairer nos villes et nos campagnes, ce qui équivaut à 1260MW soit l’équivalent d’un réacteur nucléaire
– 37% de la facture d’électricité d’une commune

Aujourd’hui, 30 à 50% de la lumière est renvoyée vers le ciel avec la plupart des lampadaires actuels. Pour ce qui est des lampes à bulles, très communes dans nos villes et villages, 60% de la lumière est totalement perdue, ce qui est une source de gaspillage considérable.

L’objectif du Jour de la Nuit

Tout d’abord, il s’agit de sensibiliser aux effets néfastes de la pollution lumineuse sur la biodiversité, la santé, le ciel étoilé et sur la nécessaire sobriété énergétique pour limiter les dérèglements
climatiques. En effet, il faut favoriser une prise de conscience collective sur un sujet encore peu et mal connu. Enfin, l’évènement invite à s’émerveiller de la beauté de la «nuit noire», renouer avec la magie d’une nuit.

Des animations gratuites en région PACA

Le Jour de la Nuit est une opération annuelle de sensibilisation aux impacts de la pollution lumineuse. Cet évènement grand public invite également à retrouver la magie d’une nuit préservée. Près de 500 évènements sont organisés chaque année dans toute la France.
Le Jour de la Nuit est un évènement grand public, ouvert à tous et fédérateur. Toutes les animations sont gratuites.
Beaucoup des acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable de la région PACA participent à cet évènement.

Journée d’échange sur l’éducation en santé environnement

Un partenariat en santé environnement

C’est avant tout une collaboration entre le Réseau École et Nature, le GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes et la Fédération Nationale d’Éducation et de Promotion de la Santé (FNES) et l’IREPS Auvergne-Rhône-Alpes.

Une journée d’échange nationale en santé environnement

Ce dernier organise une journée nationale d’échange sur l’éducation en santé environnement. Cette journée est à destination des professionnels des IREPS et des GRAINE impliqués ou souhaitant s’impliquer dans le champs de l’ESE.

Cette journée a pour but de favoriser les échanges de pratiques en éducation et promotion de la santé environnement et de co-construire une stratégie de plaidoyer.

Gratuit (hors repas)

> Le programme et les modalités d’inscriptions

Rendez-vous mardi 26 septembre 2017 à Paris (à l’Enclos Rey).

Phytopharmaceutiques : points à savoir

Ces notes sont issues des interventions de Frédérique MAQUAIRE (DRAAF) et Stéphanie GARRIDO (ARPE) lors de la journée « EEDD & Phytopharmaceutiques » du 24 Novembre 2016 à Toulon, organisée par le GRAINE PACA.

  actions_prevues_journee

Pesticides, Produits phytosanitaires et Produits phytopharmaceutiques

 Constats

  • 50% des français disposent d’un espace de jardinage
  • 90% des jardiniers amateurs utilisent des pesticides
  • Consigne de dosage non respectée
  • Consigne de sécurité non respectée
  • Désinformation par la publicité et le marketing

En effet, la France est le premier pays consommateur de pesticides en Europe et quatrième dans le monde avec 70 000 tonnes par an.

Les pesticides sont composés de substances actives et coformulants. Ils regroupent :

  • Produits phytopharmaceutiques
  • Biocides

Ce sont des produits définis par leurs usages et non par leurs formulations chimiques.

Les produits « phyto » ont pour but de réduire les pertes de production agricole ou buts esthétiques ou sécuritaire. Ils vont agir sur les champignons parasites, insectes, adventices, acariens, bactéries, oiseaux, mollusques …

Impacts sur l’environnement des phytopharmaceutiques

Eau : résidus de pesticides contaminent de nombreux cours d’eau et nappes phréatiques  (49% des cours d’eau contaminées dans le bassin Rhône-méditerranée)

Air : Pas de seuils prédéfinis (pas assez de connaissances sur le sujet)

BILAN : On trouve les mêmes molécules en milieu urbain ou rural (plus présent en milieu rural)

Impact sur la santé des phytopharmaceutiques

  • L’Etude alimentaire totale de l’ANSES (2011) montre que 73 substances sur 283 recherchées ont été détectées dans moins de 1 % des analyses.
  • L’Étude réalisée par l’Institut de Veille Sanitaire (avril 2013) montre que l’imprégnation de la population française par les pesticides serait parmi les plus élevées en référence à des pays comparables.
  • Le rapport de l’INSERM (juin 2013) établit le lien entre exposition aux pesticides et divers problèmes de santé (maladie de Parkinson, certains cancers du sang, etc.)

Les évolutions réglementaires des phytopharmaceutiques

Mise en place d’un cadre communautaire d’action pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable, via la Directive 2009/128/CE.

La loi Labbé (2014) & Loi sur la TECV (2015)

A partir du 1er Janvier 2017 : Interdiction d’utiliser les produits « phytos » pour l’entretien dans les lieux « publics ».

  • Même loi pour les jardiniers amateurs.

Cependant, il existe des exceptions pour les différentes catégories ci-dessous :

  • produit de bio-contrôle
  • produits autorisés en agriculture biologique
  • Produits à faibles risques
  • Préparation naturelle peu préoccupantes : ne sont pas des PPP

Loi D’avenir (2014) : Hormis les produits à faible risques, les produits PPP sont interdits dans lieux fréquentés par les enfants ou à proximité + mise en place de protection adaptés (distance, moyens).

Aujourd’hui, les contrôles ne sont pas encore privilégiés pour appuyer la démarche.


Le bilan de la première phase ECOPHYTO en PACA

Le plan répond à une exigence réglementaire européenne :

  • réduire les risques et les effets de l’utilisation des pesticides pour la santé et l’environnement
  • réduire la dépendance

La France a donc mis en place la plan « ECOPHYTO 2018 » qui avait pour but de réduire de 50% les produits phytopharmaceutiques. Cependant, cet objectif a été revu à la baisse en 2013. Ce plan a même évolué en 2014 en plan « ECOPHYTO 2 ».

Évolution des ventes des phytopharmaceutiques

Augmentation des tonnages des sources actives de 13% depuis 2008 (une diminution de 13% des ventes pour les jardiniers amateurs).

En PACA, 78% des ventes de produits « phytos » concernent des fongicides. Nous avons aussi une substituions des molécules de synthèse par le soufre (+40%)

En PACA, nous avons perdu  6% de la surface agricole exploitable depuis 2008.


Les outils développés dans le cadre d’ECOPHYTO

 Les organismes de contrôles

  • ONEMA (sous la tutelle du ME)
  • DRAAF (sous la tutelle du ministère de l’agriculture)

Ils sont, pour le moment, dans une logique d’accompagnement.

Frédérique MAQUAIRE // DRAAF


D’autres outils développés par l’Agence Régionale Pour l’Environnement (ARPE) PACA

1.    Livret « Jardinier sans pesticide »

But de l’outil :

  • Informations sur les dangers des pesticides
  • Informations sur les principes de jardinage au naturel (économie d’eau, sol fertile, limiter les maladies, les ravageurs …)

Une version régionale (mise à disposition) mais aussi des versions relatives à des territoires (PRN Luberon, SABA …)

Finalité : Signer une convention de partenariat entre l’ARPE et la collectivité

 

2.   Exposition « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages de PACA »

Cette exposition est composée de 16 panneaux :

  • Informations sur les dangers des pesticides
  • Information sur les techniques alternatives aux pesticides, etc …

Une version régionale (mise à disposition) mais aussi des versions relatives à des territoires (PRN Luberon, COVE…)

Finalité : Signer une convention de partenariat entre l’ARPE et la structure

 

3.   Opération « Jardiner au naturel, ça coule de source »

Actions : Accompagner les territoires (collectivités/ associations) à sensibiliser le grand public aux dangers des pesticides afin de les inciter à des pratiques de jardinages plus durable.

Objectif : Limiter la vente de pesticides et agir sur l’offre de produits au niveau des lieux de vente.

Public : le jardin amateur

Charte : Signature entre le porteur de projet (collectivité/associations) et des distributeurs (magasins).

Méthode : Kit de communication prêt à être imprimer + formation des vendeurs des magasins.

L’ARPE est le coordinateur régional.

Evaluation : Qualitative et quantitative sur les supports, les conseils dans les magasins, l’évolution des ventes

 

4.   Livret « Mon jardin d’agrément au naturel – Econome en eau et sans pesticide »

  • Information sur les dangers des pesticides pour l’environnement et la santé
  • Grands principes sur le jardin équilibré
  • Végétaux du jardin méditerranéen
  • La place de la flore spontanée, ravageurs et maladies

En cours de régionalisation à Disponible premier trimestre 2017

 

5.   Accompagnement technique : ARPE PACA

  • Diffusion de l’information et accompagner la démarche de changement de pratique
  • Plateforme ressource (territoire-durable-paca.org)
  • Point-info
  • Réunions d’informations et d’échanges
  • Outils de communication mis à disposition
  • Animation de la charte régionale d’engagement et d dispositif de labellisation
  • Etats de lieux et pratiques

Stéphanie GARRIDO // ARPE


d’autres ressources pédagogiques

Le catalogue des outils pédagogiques des adhérents du GRAINE PACA

La bibliographie du CRES PACA “EEDD et Phytopharmaceutiques”

La mallette pédagogique La Boîte à Compost

La vidéo de la Maison Régionale de l’Eau L’info goutte que goutte – Les phytopharmaceutiques ce n’est pas automatique

Module de formation : L’urbanisme durable et santé

Dates

Formation du Jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Objectifs

Pour renforcer les connaissances des professionnels et leur permettre de devenir des intervenants actifs dans le champ de l’éducation à la santé environnementale, le CRES PACA et le GRAINE PACA associent leurs savoir-faire et proposent trois modules de formation de deux jours, indépendants les uns des autres.

PROGRAMME EN COURS DE FINALISATION :

  • Clarification des concepts et des liens entre la santé, l’environnement et l’urbanisme
  • Exemples concrets en termes de planification et de projets d’aménagement
  • Témoignages d’acteurs en matière d’éco-mobilité, de nature en ville, d’éco-quartier
  • Présentation d’outils d’aide à la décision et d’outils pédagogiques sur ce thème

Inscriptions

Pré-inscriptions en ligne

Les inscriptions seront prises en compte uniquement à la réception d’un chèque de caution de 50, à envoyer par courrier à l’attention de :

Claire PIERRARD, GRAINE PACA, Domaine du Petit Arbois, Le Marconi, Avenue Louis Philibert, 13100 Aix-en-Provence.

Vous recevrez une confirmation d’inscription par mail.
Il sera restitué en fin de formation.