Articles

Transition écologique

Depuis septembre 2016, sept structures de quatre pays, engagées à divers titres dans l’éducation à l’environnement et au développement durable ont entrepris d’élaborer un parcours de formation sur la fonction spécifique et émergente d’accompagnement de dynamiques citoyennes d’initiatives de transition écologique. Ce travail a été soutenu par l’union européenne dans le cadre du programme Erasmus +.

 

Une étude nous a permis de réaliser un référentiel d’activités de l’accompagnateur, permettant de mettre en évidence les principales compétences nécessaires. Suite à cela, nous avons produit cinq modules contenant des ressources  (fiches ressources, méthodes, outils, vidéos) disponibles en auto- ou en hétéro-formation (accès facilité par le livret pédagogique) :

  • EEDD et transition écologique
  • Citoyenneté active et démocratie participative
  • Concevoir et piloter un dispositif d’accompagnement
  • Dimension éducative de l’accompagnement
  • Postures et pratiques de l’accompagnement

 

Ce projet ETRES (Educational and Training Resources for Environment and Sustainability) arrive à son terme et nous souhaitons désormais que l’ensemble des productions puissent se disséminer largement au sein des acteurs engagés en EEDD.

 

Chaque partenaire porteur du projet est relai de la dynamique ETRES au sein de son pays. Nous avons aussi le souhait de nourrir une dynamique en Europe autour de l’EEDD et de la professionnalisation des acteurs.

Si vous souhaitez nous faire part de vos retours sur vos usages des ressources en ligne et être informés des suites de notre projet (notamment les dynamiques ETRES en France et en Europe), contactez nous à  l’adresse suivante :

contact :  : contact@etreserasmus.eu

La région SUD Provence-Alpes-Côte d’azur face au changement climatique : Les Ressources en Eau

Le Groupe régional d’experts climat en Provence-Alpes-Côte d’Azur (GREC SUD) dresse un bilan sur les ressources en eau et le changement climatique dans la région.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute, les effets du changement climatique sur l’évolution de la disponibilité en eau constituent un enjeu majeur auquel il faudra faire face dans un avenir proche. Comment raisonner sur le long terme en tenant compte à la fois de l’histoire culturelle de notre territoire régional, des transformations économiques  et démographiques et de la répartition équilibrée de la ressource en eau entre les usages et le respect du fonctionnement des milieux aquatiques ?

Le GREC-SUD produit un bilan des connaissances actuelles dans son cahier thématique ressource en eau et relaiera sur son site les nouvelles connaissances et les initiatives innovantes, afin de mieux appréhender les enjeux (disponibilité et partage de la ressource) à court, moyen et long terme, et d’accompagner les décideurs, gestionnaires et aménageurs dans leur démarche prospective.

Pour information le GREC SUD a réalisé d’autres cahiers thématiques en région.

 

Télécharger le Cahier thématique du groupe de travail “Ressource en eau”

En savoir plus sur le GREC SUD.

Colloque eau et biodiversité

Eau et biodiversité : agissons, c’est vital ! Sauvons l’eau !

L’agence de l’eau organise un colloque le 7 octobre 2019 au Musée des Confluences à Lyon pour accompagner les élus et décideurs afin d’intégrer la reconquête de la biodiversité dans les actes d’aménagement, d’investissements et de développement économique.

Programme et inscription à partir du lien:
https://www.sauvonsleau.fr/jcms/e_21375/colloque-eau-biodiversite-2019#.XW9uIXvgqUm

EDF-rencontres-rhone-mediterranee

EDF : 6ème rencontres du bassin Rhône Méditerranée

Le GRAINE a participé aux 6èmes rencontres du bassin Rhône Méditerranée à Marseille, organisée par EDF.

Adaptation au changement climatique

L’agence de l’eau programme un ensemble de 6 appels à projets d’ici à 2024 afin d’accompagner les territoires dans l’adaptation au changement climatique. Les deux premiers appels à projets, lancés dès cette année, portent sur :

la végétalisation des cours d’écoles, collèges, lycées et universités

Cet appel à projets soutien les projets de désimperméabilisation et de végétalisation pour gérer les eaux de pluie en milieu scolaire en intégrant un volet pédagogique sur le cycle de l’eau. L’agence y consacre donc une enveloppe de 5 millions d’euros.
Dépôt des dossiers du 1er juillet 2019 au 15 septembre 2020
sur www.eaurmc.fr/verdureetpluie 

les dispositifs économes en eau potable

Cet appel à projets vise les collectivités, les bailleurs sociaux et les structures collectives qui portent une démarche globale de réduction de la consommation d’eau potable. Il bénéficie donc d’une enveloppe d’aides de 2 millions d’euros.
Dépôt des dossiers du 1er novembre 2019 au 15 juillet 2020
sur www.eaurmc.fr/economies-deau

Rejets polluants d’Altéo

Rejets polluants : en juillet 2018, le Tribunal Administratif de Marseille a imposé à ALTEO la mise aux normes, d’ici fin 2019, de son rejet liquide envoyé par 300 mètres de fond en Méditerranée.

Malgré un appel d’ALTEO pour augmenter ce délai, cette décision est demeurée inchangée.

Pointant du doigt le manque d’évaluation de l’impact total d’ALTEO, le juge avait ordonné la réalisation d’une étude d’impact complémentaire sur les effets cumulés de l’usine d’alumines, du rejet liquide en mer et du stockage de résidus de bauxite sur le site de Mange-Garri : ce complément d’étude est aujourd’hui soumis à enquête publique.

France Nature Environnement, FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur et FNE Bouches-du-Rhône ont ainsi travaillé de concert pour construire leur avis : au vu des multiples enjeux de l’usine, il a été choisi d’établir des observations plus larges que le spectre de l’enquête publique et dont vous trouvez le détail ci-dessous.

Ainsi, prenant acte des progrès réalisés, nous demandons :

Pour les effluents liquides :  

  • Respecter fin 2019, l’arrêté ministériel du 2 février 1998 (actuellement, une dérogation permet à l’industriel de dépasser les normes de rejets en mer pour plusieurs paramètres)
  • Trouver une solution technique pour recycler l’eau dans son propre process
  • Surveiller l’évolution des hydrotalcites dans la fosse de la Cassidaigne

Pour les « solides » (site de Mange-Garri) :

  • La mise en œuvre de toutes les dispositions définies par l’arrêté préfectoral du 14 mars 2019 concernant les eaux de ruissellement et plus particulièrement l’étanchement du bassin de stockage n° 7 qui recueille les eaux de pluie avant leur renvoi vers l’usine pour réutilisation
  • La prise en compte de toutes les dispositions nécessaires pour limiter les envols, notamment en cas de vents violents
  • La renaturation du site
  • La prise en compte de toutes les demandes exprimées par les riverains concernant les nuisances liées aux sites de Gardanne et de Mange-Garri ;
  • La mise en sécurité de l’ensemble du site grâce à un système de clôtures ;
  • Sous réserve d’une maîtrise technique suffisante, la valorisation de la Bauxaline.

Pour plus de détails retrouver l’article ici !

A la rencontre des territoires de Provence-Alpes-Côte d’Azur pour une gestion durable de la ressource en eau

Afin de recueillir la parole des acteurs de la région pour définir collectivement ces missions d’animation et de concertation. Agora organise huit réunions territoriales sous la présidence de Philippe VITEL, Vice-Président de la Région et Président de l’AGORA.

Ils vous invitent, par ailleurs, à participer à l’atelier du territoire des « Métropoles d’Aix-Marseille et de Toulon »

le lundi 15 juillet 2019 à 14h00, au Castellet (83)

Circuit Paul Ricard – Espace Media Center 2

La confirmation de votre présence est attendue à l’adresse : agora@maregionsud.fr

Cet atelier sera donc coprésidé par Philippe VITEL, Vice-Président de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, Roland GIBERTI, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille Provence, Christian SIMON et Gilles VINCENT, Vice-Présidents de la Métropole Toulon Provence Méditerranée.

Il est proposé de discuter et débattre autour de deux sujets au cours de cet atelier :

  • Comment sécuriser les territoires vis-à-vis de la ressource en eau ? Quelle gouvernance mettre en place pour préserver et gérer ces ressources ?

Les territoires des Métropoles Aix-Marseille et Toulon, ainsi que leurs aires d’influence, dépendent d’une ressource en eau située hors de leur territoire.

Ils sont, d’ailleurs, confrontés à des besoins de sécurisation voire de diversification de leurs ressources en eau potable pour lesquels les eaux souterraines jouent un rôle essentiel.

En somme, l’atelier a pour objectif de porter une réflexion globale à l’échelle de ces territoires étendue aux questions de gouvernance de l’eau pour protéger, préserver et gérer ces ressources.

  • Quels outils opérationnels pour protéger la ressource en eau au travers des documents de planification et des projets d’aménagement ?

Ensuite, les Métropoles et leurs aires d’influence sont des zones urbanisées, de développement de projets d’aménagement intégrant plusieurs volets, dont la reconquête des cours d’eau et des milieux aquatiques.

La préservation quantitative et qualitative des ressources en eau superficielles et souterraines est liée aux problématiques d’imperméabilisation et d’occupation des sols.*

L’objectif de l’atelier est de rechercher des solutions via les outils opérationnels d’urbanisme et d’aménagement qui favorise la prise en compte et l’équilibre entre les différents enjeux pour ces territoires.

Journée mondiale des zones humides 2019

Découvrez le programme des journées mondiales des zones humides (JMZH)

Zones humides – Feuilletez le programme des évènement autour de la journée mondiale en Méditerranée.

 

Nos adhérents y participent

Nous vous invitons à découvrir les différentes actions de cette journée sur le site dédié. Vous y trouverez notamment les actions de nos adhérents, la LPO PACA et Ecoute Ta Planète.

Quel est l’intérêt des zones humides ?

Étangs, lagunes, marais salants, mares, marais, tourbières, vallées alluviales, prairies inondables… Les zones humides sont des espaces de transition entre les milieux terrestres et aquatiques, où l’eau est présente dans le sol ou à la surface de façon permanente ou temporaire. Cette mosaïque d’habitats naturels favorise une diversité exceptionnelle d’animaux et de végétaux. Ces zones ont leur journée mondiale !
Chaque année, le 2 février, date anniversaire de la Convention internationale sur les zones humides, la « Convention de Ramsar », du nom de la ville iranienne où elle a été adoptée en 1971.
Cette convention a pour mission : « la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ». En ce début d’année 2019, 170 pays ont désigné 2 331 zones humides d’importance internationale « Ramsar » :
cela représente près de 250 millions d’hectares à travers le monde. En France, les 48 sites Ramsar couvrent une superficie totale de 3,7 millions d’hectares. Dix lagunes méditerranéennes profitent de ce label.

Des zones utiles, mais menacées !

A l’échelle mondiale, près des 2/3 des zones humides ont disparu depuis 1900, quasiment 9 sur 10 si l’on remonte à 1700. En France, on estime que la moitié d’entre elles ont disparu entre 1960 et 1990. Elles continuent de disparaître ou de se dégrader du fait des pressions qu’elles subissent, largement imputables à l’Homme : surexploitation des ressources en eau, pollutions, fréquentation humaine mal gérée, drainage ou comblement lié à un développement urbain non maîtrisé…
Pourtant, les zones humides rendent de nombreux services à l’Homme, notamment en termes de régulation des volumes d’eau lors d’évènements climatiques extrêmes et de piégeage du carbone. Ainsi, elles contribuent à la prévention des risques naturels et à la régulation du climat. + d’info sur la convention de Ramsar : www.ramsar.org

Pour rappel, voici une vidéo de l’Agence de l’Eau.

 

Vidéo de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse : 11ème programme

L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse :

“Retrouver le bon état de nos eaux, de nos rivières, de nos lacs, de nos nappes… nous sommes tous concernés ! Et nous pouvons agir.

Depuis 25 ans, dans les bassins Rhône-Méditerranée et Corse, la qualité de l’eau s’améliore. La pollution organique dans les cours d’eau a fortement régressé : la présence d’ammonium a été divisée par 20, celle du phosphore par 10. Car les stations d’épuration sont plus performantes et les rejets industriels mieux maîtrisés. Ces progrès sont possibles grâce à l’engagement de tous et au soutien de l’Agence de l’eau. Mais il reste encore beaucoup à faire notamment avec le changement climatique. L’agence de l’eau lance son 11e programme, “Sauvons l’eau !” pour agir plus vite, plus fort, et là où les enjeux pour l’eau et le vivant sont les plus urgents.

Entre 2019 et 2024, elle va investir 2,6 milliards d’euros pour aider les collectivités, industriels, agriculteurs, associations du quart sud-est qui s’engagent pour améliorer l’état de nos eaux et adapter les territoires au changement climatique. Elle accompagne fortement les territoires ruraux défavorisés afin de rattraper les retards en matière d’eau potable et d’assainissement. Ces financements proviennent des redevances collectées auprès de tous les usagers de l’eau en fonction de leur consommation d’eau et de la pollution qu’ils rejettent dans le milieu naturel. C’est une fiscalité incitative : celui qui économise l’eau, paie moins de redevances.

3 priorités guident les aides de l’agence de l’eau pour les 6 prochaines années :

1. Poursuivre l’amélioration de la qualité des eaux L’agence finance par exemple des projets pour mieux gérer les eaux de pluie, protéger les zones de captage et celles qui sont stratégiques pour l’eau potable des futures générations, moderniser les dernières stations d’épurations qui restent des points noirs, aider les services d’eau et d’assainissement à s’organiser à l’échelle intercommunale ….

2. Partager et économiser l’eau L’eau, cette ressource vitale, n’est pas inépuisable, et encore moins avec le changement climatique. L’agence de l’eau encourage les cultures et modes d’irrigations plus économes, la chasse aux fuites dans les réseaux d’eau potable, l’innovation pour des villes plus perméables et la réutilisation des eaux usées traitées.

3. Favoriser le retour de la biodiversité C’est possible en protégeant les zones humides et le littoral mais aussi en redonnant aux rivières leur forme naturelle pour permettre aux espèces de retrouver leurs habitats.

COLLECTIVITÉS…

AGRICULTEURS…

INDUSTRIELS…

ASSOCIATIONS…

Agissez maintenant pour vos territoires et bénéficiez d’aides financières, d’un soutien à l’innovation et de l’expertise de nos agents pour réaliser vos projets pour l’eau. Pour nous et pour les générations futures… Ensemble SAUVONS L’EAU”

Source : https://www.eaurmc.fr/

Retrouvez l’accompagnement du GRAINE sur les politiques régionale de l’eau. En savoir plus.

Donnez votre avis sur l’avenir de l’eau !