Articles

Aix-Marseille : vers des campus désimperméabilisés

Sur deux sites de l’université Aix-Marseille, une étude est lancée en vue de désimperméabiliser et de permettre à l’eau de s’infiltrer.

Une équipe pluridisciplinaire travaille à la définition de solutions efficaces et à leur démultiplication sur d’autres campus.

Extrêmement urbanisés et bétonnés, les sites de Saint-Charles et Saint-Jérôme de l’Université Aix-Marseille accordent peu de place aux espaces verts et à des sols perméables favorisant l’infiltration des eaux de pluie, explique Alain Sandoz, directeur du service pluridisciplinaire à la faculté des sciences de l’université.

Celles-ci sont évacuées par le réseau d’égouts avec le risque de saturation et d’inondation”. La situation, commune à de nombreux campus, a inspiré au professeur un sujet d’étude lancé en début d’année avec l’ingénieure Laure Moreau sur les deux sites pilotes marseillais. Bénéficiant de 187 000 euros d’aides de l’agence de l’eau dans le cadre de son “Plan rebond”, la démarche vise à définir des moyens de désimperméabilisation sur les campus et à développer un protocole pour démultiplier les projets.

“Il s’agit d’apporter des réponses concrètes, de montrer ce qu’il est possible de faire pour infiltrer l’eau et développer la biodiversité nécessaire à une évapotranspiration bien utile l’été, indique Laure Moreau. Si les retours d’expériences sont nombreux dans d’autres villes, le climat méditerranéen et le contexte fortement contraint des campus choisis en font des projets atypiques”.

Une équipe pluridisciplinaire a été réunie, comprenant une douzaine d’enseignants chercheurs de l’université, ainsi que plusieurs groupes d’étudiants.

“Le projet bénéficie aussi du soutien des directeurs de sites, des équipes logistiques… L’implication est forte, ce qui nous permet de nous appuyer sur de larges savoir-faire des équipes de recherche en biodiversité urbaine, hydrogéologie, physico-chimie, hydrologie, sociologie… “, se félicite Alain Sandoz. À terme, un diplôme universitaire pourrait voir le jour et capitaliserait sur ces recherches en vue de former les futurs aménageurs de demain et les personnels des collectivités en charge de l’urbanisme. Le projet est entré en phase opérationnelle en mars dernier. Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l’année.

En savoir plus

 

École d’été “Biodiversité & Vecteurs”  14 au 17 septembre 2021 à la Tour du Valat.

La Key Initiative Muse « Risques infectieux et vecteurs »  (KIM RIVE, Université de Montpellier), dirigée par Didier Fontenilles, directeur de recherche à l’UMR MIVEGEC, organise une école d’été « Biodiversité & Vecteurs » du 14 au 17 septembre 2021 à la Tour du Valat.

Le lien entre perte de biodiversité et émergence de maladies, y compris vectorielles, est très souvent mis en avant, mais le rôle des vecteurs comme composante de la biodiversité, les impacts de la lutte contre les vecteurs sur la biodiversité, ainsi que les effets de la biodiversité sur les vecteurs et les maladies à transmission vectorielle restent assez peu explorés. Ce sont ces axes qui seront abordés à l’occasion de cette école d’été qui combinera des ateliers de réflexion, de méthodologie et du terrain.

Public visé

La participation de doctorants ou post doctorants sera privilégiée, mais l’évènement est ouvert à tout chercheur, ingénieur ou professionnel travaillant en lien avec la thématique.
L’appel est ouvert à l’international, aucune restriction géographique ne s’applique mais l’école d’été se déroulera en français sauf exception.
Les candidats doivent s’engager à participer à l’ensemble de l’école d’été.

Pour en savoir plus

Programme Prévisionnel

« Méditerranée Vivante », une source inédite de données sur l’évolution de la biodiversité méditerranéenne

Une équipe de scientifiques coordonnée par la Tour du Valat publie aujourd’hui « Méditerranée Vivante », un rapport détaillé sur l’évolution de la biodiversité méditerranéenne depuis 1993.

« Méditerranée Vivante », un état des lieux sans équivoque sur la biodiversité méditerranéenne

Les ressources naturelles du bassin méditerranéen assurent la prospérité des sociétés humaines depuis des millénaires. Pourtant, la biodiversité de cette région d’exception est gravement menacée.

Le changement climatique y est plus rapide et l’impact des activités humaines plus fort qu’ailleurs avec pour conséquence directe, selon le rapport « Méditerranée Vivante », l’effondrement de sa biodiversité.

Pour continuer la lecture

Et si les zones humides faisaient partie des solutions pour votre département ?

 

Pour les élections départementales de 2021, les Pôles-relais zones humides, l’association Ramsar France et la SNPN, proposent aux candidats aux départementales de devenir des ambassadeurs des zones humides en intégrant 5 objectifs au sein de leurs programmes électoraux et en s’engageant à les mettre en place durant leur mandat.

Lorsqu’elles sont préservées, les zones humides – marais, tourbières, prairies et forêts humides, lagunes, mangroves – sont nos alliées, y compris au plan économique au regard de l’analyse coûts-bénéfices globaux.

En effet, le réseau des zones humides, en maillage avec les espaces naturels, contribue fortement à un bon fonctionnement et à une régulation des milieux et à la biodiversité associée. Il contribue en ce sens à augmenter la résilience d’un territoire face aux inondations et submersions marinesmais également aux sécheresses, aux pollutions.

Les zones humides contribuent également au bien-être et à la santé des citoyens. Elles participent à la constitution d’espaces de quiétude et de calme, de zones rafraichissantes en période de chaleurs ou canicules, à la purification de l’air. Elles constituent une composante importante de la qualité de vie.

 

Accéder au communiqué de presse

JOURNÉE SCIENTIFIQUE “Quelles transitions pour l’Eau face au changement climatique ?” le 5 octobre 2021

Météo et Climat et le Partenariat Français pour l’Eau organisent en association avec l’Agence de L’Eau Adour Garonne et Météo-France une Journée scientifique dédiée au décryptage des trois derniers rapports spéciaux du GIEC contenant un focus sur les ressources en eau.

L’objectif sera de rappeler les enjeux générés par le dérèglement climatique sur le cycle hydrologique et les ressources, mais aussi de présenter des solutions existantes ou encore de partager les expériences issues de des territoires.

Trois sessions structureront cette journée :

  • Session 1 – Évaluation et suivi des évolutions à venir dans le domaine des ressources en eau
  • Session 2 – Changement Climatique : quelles menaces pour l’eau ?
  • Session 3 – Le changement climatique, source d’innovations pour l’eau ?

Plus d’infos & Inscriptions prochainement.Pour en savoir plus sur cet événement

EAU ET SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE : LA BOÎTE À OUTILS DES ÉLUS ET COLLECTIVITÉ

Le partenariat français pour l’eau et la banque des territoires édite un guide “Eau et solutions fondées sur la Nature.

Ce guide a pour vocation de répondre à ces questions, de faciliter l’appropriation des Solutions fondées sur la Nature pour la gestion de l’eau par les acteurs du territoire et de donner un aperçu des différents outils pour les mettre en œuvre à l’échelle locale. Et permettre ainsi aux élus de disposer des meilleurs outils d’accompagnement.

Dans un contexte où l’adaptation au changement climatique est devenue un principe indissociable de l’intérêt général, accompagner les acteurs publics dans leurs projets et stratégies sur ces enjeux est devenu essentiel.

La Banque des Territoires, à travers sa mission d’accompagnement des collectivités et des acteurs locaux au service d’un développement socio-économique durable des territoires, promeut le soutien de projets favorisant les impacts positifs et limitant les impacts négatifs. Les Solutions fondées sur la Nature représentent une belle illustration de ce type de projets ainsi qu’une opportunité sur laquelle elle compte mobiliser l’ensemble de ses offres : soutien en conseil et en ingénierie, investissement, prêts.

Le Partenariat Français pour l’Eau, quant à lui, rassemble les acteurs français, publics, privés et associatifs, du monde de l’eau. Il porte le message majeur de l’eau, marqueur, par ses excès et par ses manques, du dérèglement climatique. Il œuvre notamment pour sensibiliser aux Solutions fondées sur la Nature et pour montrer qu’elles constituent des réponses concrètes, peu coûteuses et multi-bénéfices aux problématiques causées par les inondations, les sécheresses, la dégradation de la biodiversité et de la qualité de l’eau…

Accéder ou télécharger le guide :

 

 

Séminaire Natur’adapt

Le Conservatoire d’Espace Naturel de Haute-Savoie (Asters) organise le Séminaire Natur’adapt.

Celui ci aura lieu du jeudi 12 novembre au vendredi 13 novembre 2020 à Saint-Jorioz.

Le but sera donc de lancer le développement d’un réseau d’experts et de praticiens de l’adaptation au changement climatique.

L’objectif vise à échanger entre gestionnaires d’espaces naturels de montagne, mais également à partager des outils, des méthodes, et des retours d’expériences, afin d’adapter sa gestion face au changement climatique.

PROGRAMME prévisionnel

Jeudi 12 Novembre 2020 (Accueil café de 9h-10h)

MATIN 10h – 12h30
Mots de bienvenue !
– Etre gestionnaire à l’heure du changement climatique – Représentations, attentes et attitudes. Médiation théâtrale
– Qu’est ce que l’adaptation au changement climatique et où en sont les territoires de montagne ? Regards croisés d’un climatologue et d’un sociologue 

APRES-MIDI 14h-17h45
– Tout comprendre sur le changement climatique et son vocabulaire avec La Fresque du climat (sous réserve)
– Comment réaliser un diagnostic de vulnérabilité et d’opportunité face au changement climatique? Retour sur l’expérimentation Natur’Adapt. RNN Chastreix Sancy

Repas à 19h et soirée libre pour échanger et profiter de la vue sur le lac

Vendredi 13 novembre 2020

MATIN 8h-12h30
– Tables-rondes thématiques sur l’adaptation (ressource en eau en alpage, milieux forestiers, sensibilisation des équipes et/ou des partenaires, …) avec des gestionnaires des Alpes, Pyrénées, Massif central, Vosges
– « Adapter ses enjeux de conservation et sa stratégie de sensibilisation » Sortie terrain à l’ENS du Marais de l’enfer avec Asters, le SILA, le Conservatoire du littoral (sous réserve, 30 places, trajet en vélo)
– Ateliers pratiques : Découvrir et manipuler les services de données climatiques / Parler adaptation au changement climatique aux acteurs du territoire. Mise en situation

APRES-MIDI 14h-16h30
– Prospective collective sur l’évolution de nos métiers et des besoins à venir
– Messages clés du séminaire et perspectives
– Des outils pour vous accompagner (formations et plateforme Natur’Adapt)

Qui peut participer à ce séminaire ?

> les professionnels travaillant au sein ou pour un espace naturel de montagne (espace naturel sensible, zone natura 2000, réserves naturelles, parcs naturels régionaux et nationaux, réserve de faune sauvage, réserve de biosphère, …).
Exemple de métiers concernés : Conservateur.rice de réserve naturelles, garde-technicien, animateur.trice nature, chargé.e de mission,  chef.fe de secteur …

Information pratiques

– Séminaire limité à 80 personnes.
– Inscription et participation gratuites, mais cela engage votre présence durant l’intégralité du séminaire (les deux jours).
– L’hébergement et la restauration sont également inclus. (Si vous avez vos propres dispositions d’hébergement, merci de nous le signaler à l’inscription)
– Possibilité de réserver une chambre la veille du séminaire (à vos frais – 59 €) auprès de la centrale de réservation Ternelia 04.28.38.33.62
– Contexte sanitaire : Un protocole sanitaire sera préparé avec le centre de vacances et envoyé en amont aux participants. En cas de nouvelles restrictions gouvernementales, nous étudierons la possibilité de dématérialiser une partie du séminaire en distanciel via un outil de visioconférence.

>> Inscription en ligne via ce formulaire avant le 30 septembre 2020 (link is external)

Adresse du site

Centre de vacances Ternelia – Pré du lac
209 Impasse des Champs fleuris74410 Saint-Jorioz
04.50.68.65.26

Comment se rendre sur place ?

En voiture, pensez covoiturage et inscrivez votre trajet sur la plateforme. (link is external)
Par le train : Gare SNCF d’Annecy

Et pour le dernier kilomètre :En bus depuis la
gare routière d’Annecy : ligne 51-52 Duingt Albertville. Horaires sur le site du conseil départemental. Arrêt Duingt Chez Daviet
En vélo : 40 min par la piste cyclable depuis la Gare SNCF d’Annecy

Personne contact

Juliette Dané, Chargée de mission Life Natur’Adapt
juliette.dane@cen-haute-savoie.org
+33 (0)4 50 66 78 85

 

Retrouvez également d’autres actualités du Graine

Webinaire européen MITIMPACT sur la santé des forêts méditerranéennes

 Webinaire européen MITIMPACT sur la santé des forêts méditerranéennes

Suite à l’annulation du colloque en avril dernier pour cause de crise sanitaire, GeographR et ses partenaires du projet européen MITIMPACT (financé par le programme Interreg V ALCOTRA 2014-2020), en partenariat avec l’eac., organisent le 2 octobre 2020 un webinaire européen portant sur les « effets de la pollution de l’air et du changement climatique sur les forêts méditerranéennes transfrontalières (France-Italie) ».

Retenez donc la date du 2 octobre 2020.

L’objectif est donc de présenter les résultats du projet MITIMPACT, transférer les connaissances scientifiques et techniques, enrichir les débats avec les décideurs, gestionnaires, collectivités, entreprises, associations et citoyens, proposer des pistes d’adaptation pour préserver la santé des plantes et leur résilience, et enfin renforcer la coopération entre les gestionnaires qui ont pour mission de protéger les forêts.

En complément, pendant la Fête de la science, du 1er au 12 octobre 2020, à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), une session vidéo inédite dévoilera donc de manière synthétique les principaux enseignements du projet MITIMPACT aux visiteurs de l’Espace de l’Art Concret. Et, entre septembre et octobre 2020, quatre classes d’écoles élémentaires de la commune seront également  sensibilisées aux enjeux de la biodiversité forestière (en partenariat avec Les Petits Débrouillards).

Le webinaire et la vidéo de découverte abordent donc les enjeux et les effets de la pollution de l’air (ozone) et de l’évolution du climat sur les espaces forestiers transfrontaliers, mais aussi les stratégies d’adaptation et de gestion.

PROGRAMME DU WEBINAIRE (sous réserve de modifications mineures)

OUVERTURE

8h30-9h15. Connexion des participants
9h15-9h25. Mots de bienvenue, Philippe Rossello (GeographR)

SESSION 1 – CLIMAT ET FORÊT

  • 9h25-9h40. Évolution du climat dans les Alpes transfrontalières, Philippe Rossello (GeographR)
  • 9h40-9h55. Effets du changement climatique sur les forêts méditerranéennes et stratégies d’adaptation, Antoine Nicault (AIR Climat/GREC-SUD)
  • 9h55-10h10. Comment mettre en œuvre les stratégies d’adaptation forestière ? Hendrik Davi (Inrae)
  • 10h10-10h25. Questions des participants

SESSION 2 – FLUX D’OZONE STOMATIQUES ET VÉGÉTATION (avec traduction italien-français)

  • 10h25-10h40. Modélisation du flux d’ozone stomatique pour évaluer les dommages causés par l’ozone aux forêts du Piémont, Yasutomo Hoshika (IRET-CNR)
  • 10h40-10h55. Modélisation des flux de l’ozone pour comprendre les impacts de la pollution à l’ozone sur les écosystèmes forestiers côtiers et montagnards du sud-est de la France, Laurence Dalstein (GIEFS)
  • 10h55-11h05. Questions des participants

SESSION 3 – POLLUTION DE L’AIR, CLIMAT ET VÉGÉTATION (avec traduction italien-français)

  • 11h05-11h20. Modélisation des concentrations d’ozone et des variables climatiques à l’échelle régionale, Roberta De Maria (ARPA)
  • 11h20-11h35. Prévision et évaluation des effets de la pollution photochimique de l’air et du changement climatique sur la végétation transfrontalière, Andrea Ebone et Fabio Giannetti (IPLA)
  • 11h35-11h50. Synergie des effets de la pollution de l’air et du changement climatique sur les forêts et stratégies de gestion couplée, Pierre Sicard (Argans)
  • 11h50-12h05. Questions des participants

SESSION 4 – ART ET SCIENCE

  • 12h05-12h15. Session de découverte art-science (forêt et changement climatique), projet Prévisible, Antoine Schmitt (artiste)
  • 12h15-12h30. Questions des participants

Ce webinaire privilégie ainsi le dialogue : écoutez et posez vos questions aux intervenants ! Les organismes Istituto per le Piante da Legno e l’Ambiente (IPLA), Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente del Piemonte (ARPA), Istituto di Ricerca sugli Ecosistemi Terrestri (IRET-CNR), Groupe international d’études des forêts sud-européennes (GIEFS), GeographR, GREC-SUD, Argans et Inrae apporteront également leur contribution. Un interprète sera également présent pour vous permettre de suivre les présentations des partenaires italiens.

Le webinaire et la session vidéo sur site s’adressent à tous les publics !

Pour le webinaire, les inscriptions en ligne seront bientôt ouvertes. Cependant vous pouvez d’ores et déjà retenir la date du 2 octobre 2020 dans vos agendas !

Retrouvez également d’autres actualités du Graine

Appels à projet 2020: Programme LIFE

Publication par la commission Européenne des Appels à projet 2020: Programme LIFE

Présentation du programme et des appels à projets

Le programme LIFE représente l’instrument financier de la Commission européenne de soutien aux projets dans les domaines de l’environnement et du climat. Il s’adresse ainsi à des porteurs de projets publics ou privés et vise à promouvoir et financer des projets innovants.

Ceux ci peuvent donc porter sur la conservation d’espèces et d’habitats, et la protection des sols. Mais également l’amélioration de la qualité de l’air ou de l’eau, la gestion des déchets. De plus l’appel accueil aussi des projets sur l’atténuation ou l’adaptation au changement climatique.

Pour la période 2014-2020 le programme LIFE est doté d’un budget de plus de 3 milliards d’euros à l’échelle européenne réparti en deux sous-programmes distincts :

  • Le sous-programme « Environnement »
  • Le sous-programme « Actions pour le Climat ».

Quelques informations clés par rapport au Covid-19:

  • Décalage d’un mois sur l’ensemble des échéances de dépôt de dossier (au regard des dates fixées habituellement).
  • Préfinancement ré-évalué à 40%.
  • Au-delà des thématiques et priorités définies dans les appels, les propositions permettant de lutter contre les pandémies sont bienvenues
  • Possibilité d’échanger sur son projet et sa candidature du 30 avril au 15 mai en bilatéral avec EASME

 

Ainsi pour plus d’informations .

Egalement voici les documents utiles pour proposer votre projets:

D’autres actualités du Graine

 

 

Coronavirus : quelques pistes éducatives

Coronavirus : quelques pistes éducatives pour accompagner les éducateurs et éducatrices en santé environnementale pendant et après le confinement. Ces pistes sont proposées par le site Pole éducation promotion Santé-Environnementale d’Auvergne Rhone Alpes dans cet article 

Voici les principaux axes abordés:

“1. Philosopher, se poser des questions existentielles

Comment entamer des réflexions philosophiques ? Comment s’exercer à réfléchir, à élaborer sa pensée et à en discuter ? Et ce, quel que soit notre âge.
Voici l’occasion de se saisir ensemble de grands thèmes comme le rapport entre humain et non-humain, l’interdépendance entre les êtres vivants, les solidarités, les responsabilités, sur la vie et la mort, le savoir, etc.
Par exemple : de quoi dépendons-nous pour vivre ? Ça veut dire quoi penser ? Qu’est-ce qui est vrai ? Que veut dire s’aimer soi-même ? Quelle est la différence entre croire et savoir ? Faut-il prendre soin de la nature ? Pourquoi ne peut-on pas faire ce qu’on veut ?  Les adultes peuvent-ils se tromper ?


  • 2. Parler des émotions et développer les compétences psychosociales

Aborder les émotions que nous ressentons en ce moment paraît essentiel, à la fois pour les conscientiser, les exprimer, mais aussi pour les partager avec d’autres.
Voici quelques questions pour inviter vos publics : Quelles sont les émotions que tu ressens en ce moment ? Saurais-tu dire pourquoi tu les ressens ? Qu’est-ce qui te ferait du bien ?


3. Explorer, enquêter, se documenter, forger son esprit critique

Le confinement peut être un moment propice pour mener des enquêtes avec les élèves, les jeunes ou les adultes autour du “coronavirus”. Et si vous ouvriez avec eux ces questions : D’où vient ce virus? Comment a-t-il été transmis aux humains ? Est-ce qu’il vient questionner les liens entre les humains et les animaux ?

L’article explore ensuite ces points :

 

Les actualités du Graine