L’Inrae lance le projet Explore 2 : Stratégies de gestion de l’eau face aux impacts du changement climatique

Le projet Explore2, porté par l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et appuyé par l’Office International de l’Eau (OiEau), s’inscrit dans la suite de l’étude Explore 2070 (2010-2012) portée par le ministère de la transition écologique. Ce nouveau projet est officiellement lancé en juillet 2021.

Financé par le ministère de la transition Ecologique (direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature, direction générale de l’énergie et du climat, direction générale de la prévention des risques) et l’Office Français de la Biodiversité, Explore2 a pour objectif, d’ici 2024, d’actualiser les connaissances sur l’impact du changement climatique sur l’hydrologie à partir des dernières publications du GIEC[1], mais aussi d’accompagner les acteurs des territoires dans la compréhension et l’utilisation de ces résultats pour adapter leurs stratégies de gestion de la ressource.

L’objectif est d’anticiper les conflits potentiels à venir avec la rareté de cette ressource naturelle.

 

Ce projet s’articule autour de plusieurs volets

le volet scientifique du projet sera consacré à évaluer l’impact du changement climatique sur la ressource en eau sur l’ensemble du XXIe siècle et dans la France Métropolitaine.

Le second volet du projet Explore2, coordonné par l’OiEau, ambitionne de renforcer la concertation avec les utilisateurs des résultats (comités de bassin, agences de l’eau, collectivités, bureaux d’étude). Ils permettront aux territoires d’initier des démarches prospectives territoriales sur les usages de l’eau et les conditions de sa gestion durable, et de mettre en place des mesures d’adaptation adéquates.

Le dernier volet concerne des activités de sensibilisation, de communication et de formation, en lien avec le projet LIFE Eau&Climat également coordonné par l’OiEau

 

Pour en savoir plus

Autres articles en lien

Un nouveau paradoxe de la conservation dans les réserves marines, révélé par l’ADN environnemental

Une étude collaborative menée en Méditerranée par l’EPHE-PSL, avec l’Université de Montpellier et l’Université de Perpignan, révèle que si certaines espèces de poissons dépendent des mesures de protection pour persister, d’autres restent inféodées à une mer anthropisée.

Publiés le 28 avril dans la revue Proceedings of the Royal Society B, ces résultats remettent en question les indicateurs actuels de mesure du bon état écologique d’un écosystème et amènent à repenser la stratégie de conservation des espèces.

L’étude française a été menée par un large consortium composé de chercheurs de l’École Pratiques des Hautes Études (EPHE), de l’Université de Montpellier, de l’Université de Perpignan et de leurs partenaires (Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, SpyGen et Andromède Océanologie). L’objectif des chercheurs était de caractériser de manière plus exhaustive la biodiversité des poissons à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de 6 réserves marines et ainsi de mieux évaluer l’impact des mesures de protection grâce à l’analyse de l’ADN environnemental.

Lire la suite

Lire l’article complet

Aix-Marseille : vers des campus désimperméabilisés

Sur deux sites de l’université Aix-Marseille, une étude est lancée en vue de désimperméabiliser et de permettre à l’eau de s’infiltrer.

Une équipe pluridisciplinaire travaille à la définition de solutions efficaces et à leur démultiplication sur d’autres campus.

Extrêmement urbanisés et bétonnés, les sites de Saint-Charles et Saint-Jérôme de l’Université Aix-Marseille accordent peu de place aux espaces verts et à des sols perméables favorisant l’infiltration des eaux de pluie, explique Alain Sandoz, directeur du service pluridisciplinaire à la faculté des sciences de l’université.

Celles-ci sont évacuées par le réseau d’égouts avec le risque de saturation et d’inondation”. La situation, commune à de nombreux campus, a inspiré au professeur un sujet d’étude lancé en début d’année avec l’ingénieure Laure Moreau sur les deux sites pilotes marseillais. Bénéficiant de 187 000 euros d’aides de l’agence de l’eau dans le cadre de son “Plan rebond”, la démarche vise à définir des moyens de désimperméabilisation sur les campus et à développer un protocole pour démultiplier les projets.

“Il s’agit d’apporter des réponses concrètes, de montrer ce qu’il est possible de faire pour infiltrer l’eau et développer la biodiversité nécessaire à une évapotranspiration bien utile l’été, indique Laure Moreau. Si les retours d’expériences sont nombreux dans d’autres villes, le climat méditerranéen et le contexte fortement contraint des campus choisis en font des projets atypiques”.

Une équipe pluridisciplinaire a été réunie, comprenant une douzaine d’enseignants chercheurs de l’université, ainsi que plusieurs groupes d’étudiants.

“Le projet bénéficie aussi du soutien des directeurs de sites, des équipes logistiques… L’implication est forte, ce qui nous permet de nous appuyer sur de larges savoir-faire des équipes de recherche en biodiversité urbaine, hydrogéologie, physico-chimie, hydrologie, sociologie… “, se félicite Alain Sandoz. À terme, un diplôme universitaire pourrait voir le jour et capitaliserait sur ces recherches en vue de former les futurs aménageurs de demain et les personnels des collectivités en charge de l’urbanisme. Le projet est entré en phase opérationnelle en mars dernier. Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l’année.

En savoir plus

 

Guide technique : Les adous, des cours d’eau indispensables

La Maison régionale de l’eau et le Conservatoire des espaces naturels PACA ont mené un travail d’inventaire de la faune et de la flore aquatiques des adous des Alpes du sud, couplé avec une étude du régime hydrologique et thermique, dans le cadre de l’appel à projets biodiversité soutenu par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse.

Les résultats révèlent une diversité biologique importante dans ces milieux. Plusieurs espèces très rares ont été découvertes, d’autres n’avaient jamais été recensées dans la région ou dans les départements concernés.

L’analyse des débits et des températures a permis de dresser le cadre de vie des peuplements. Une typologie a été définie à partir de l’analyse des adous, choisis a priori pour leur état préservé. Ces références permettent ainsi d’avoir de caractériser l’état des adous.

A partir de cette étude et des retours d’expérience locaux, un guide a été élaboré afin de donner des éléments de connaissance et d’aide à la gestion en contexte agricole.

Consulter ou télécharger le guide

Visionner la vidéo

 

JOURNÉE SCIENTIFIQUE “Quelles transitions pour l’Eau face au changement climatique ?” le 5 octobre 2021

Météo et Climat et le Partenariat Français pour l’Eau organisent en association avec l’Agence de L’Eau Adour Garonne et Météo-France une Journée scientifique dédiée au décryptage des trois derniers rapports spéciaux du GIEC contenant un focus sur les ressources en eau.

L’objectif sera de rappeler les enjeux générés par le dérèglement climatique sur le cycle hydrologique et les ressources, mais aussi de présenter des solutions existantes ou encore de partager les expériences issues de des territoires.

Trois sessions structureront cette journée :

  • Session 1 – Évaluation et suivi des évolutions à venir dans le domaine des ressources en eau
  • Session 2 – Changement Climatique : quelles menaces pour l’eau ?
  • Session 3 – Le changement climatique, source d’innovations pour l’eau ?

Plus d’infos & Inscriptions prochainement.Pour en savoir plus sur cet événement

Dans les bras du Rhône _ édition 2020

DANS LES BRAS DU RHÔNE : DU 30 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE 2020

Pour cette 4ème édition de l’évènement phare du réseau Rhône méridional, Le CPIE Rhône-Pays d’Arles et une cinquantaine de partenaires du réseau Rhône méridional, vous invite à explorer le fleuve en vous plongeant au cœur de l’aventure.

Plus de 20 sorties vous sont proposées gratuitement, le long du linéaire du fleuve, à Avignon, à Villeneuve les Avignon, Tarascon, Beaucaire, Arles mais aussi Port Saint Louis et aux Saintes Maries de la mer.

Navigations en canoë kayak, en paddle géant ou en embarcation traditionnelle (en Nego Chin) ; sorties nature, soirées thématiques … pour petits et grands.

EN QUELQUES MOTS :

L’évènement ‘’Dans les bras du Rhône’’ est une invitation à voir le fleuve autrement, à travers des approches artistiques, ludiques, sportives… proposées par une trentaine de partenaires du CPIE, médiateurs, artistes, naturalistes, sportifs, historiens, agriculteurs… contribuant ainsi à l’évolution de notre relation au Rhône, d’une culture du risque vers une culture commune et partagée du fleuve…

Cette manifestation bénéficie du soutien des partenaires du Plan Rhône (Fonds national d’aménagement et de développement des territoires, Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Conseil Régional SUD Provence Alpes Côte d’Azur, Compagnie Nationale du Rhône, Voies Navigables de France), des départements des Bouches du Rhône et du Vaucluse, de la communauté de communes Arles, Crau, Camargue, Montagnette et de la Ville d’Arles.

Retrouvez donc:

Pour d’autres actualité du Graine

Enquête CEN Rhone-Alpes

Enquête CEN Rhone-Alpes:

Le CEN Rhone-Alpes réalise une enquête dans le cadre d’un Plan national d’actions lié à la biodiversité des rivières.

L’enquête vise ainsi à aider le CEN à construire une stratégie de communication adaptée aux préoccupations et attentes des acteurs de terrain.

A cette fin le questionnaire a donc pour but de comprendre les enjeux des champs d’action de ces acteurs.

La passation de ce questionnaire prend entre 5 à 15 minutes

La date limite pour y répondre est le 17 juillet 2020.

Les réponses sont strictement confidentielles et feront l’objet d’une analyse globale.

Pour répondre au questionnaire

Retrouvez également d’autres actualités du Graine.

Covid-19: Les mesures de l’agence de l’eau RMC

Covid-19: Les mesures de l’agence de l’eau RMC

L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a adopté des mesures d’urgence pour soutenir les maîtres d’ouvrage.

Le conseil d’administration de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse s’est réuni ce mardi 12 mai. Objectif de la réunion: examiner les actions mises en œuvre pour assurer la continuité de l’activité de l’agence.
Ainsi trois mesures d’urgence adoptés par l’agence afin de soutenir les maîtres d’ouvrage. Celles ci représentent environ 60 millions d’euros pour 2020 :

Les trois mesures:

  • Accélérer le financement des projets décidés avant la crise sanitaire et faciliter l’engagement de nouvelles. « Pour cela l’agence augmente le taux du premier acompte, en le portant de 30 à 50% du montant de l’aide », précise l’agence.

 

  • Assouplir les conditions de paiement des aides à l’animation, « en versant les aides dès lors que les coûts salariaux ont été engagés, même si toutes les actions d’animation prévues n’ont pas pu être effectuées à cause de l’épidémie et du confinement ».

 

  • Verser une aide exceptionnelle au bénéfice des services d’assainissement impactés par l’impossibilité d’épandre des boues non hygiénisées sur des terrains agricoles. L’agence de l’eau précise donc que « cela impacte directement plus de 500 stations d’épuration dans les bassins RMC». Ainsi ces stations devront « engager des frais supplémentaires pour le traitement de leurs boues». Permettant donc soit « leur épandage, soit pour les envoyer dans une filière alternative ».

 

Egalement, l’agence reporte au mois de juillet les demandes d’acomptes des redevances pour pollution et modernisation des réseaux de collecte domestique.

Appel à projet annuel 2020 « Eau et biodiversité » prolongé d’un mois jusqu’au 31 mai.

Finalisation de l’appel à initiative « Paiements pour services environnementaux » qui a retenu 21 collectivités, repoussée au 31 mars 2021.

Retrouver plus d’informations sur le site de l’agence de l’eau.

Egalement d’autres actualités du Graine.

economie d'eau

Projet Économisons l’eau

Depuis 2016, le Graine et Gesper se sont associés autour du Projet “Économisons l’eau” .

Objectif du projet: sensibiliser aux économies d’eau.

Que vous soyez gérant de magasin, responsable au sein d’une collectivité territoriale ou hébergeur touristique. Vous pouvez donc vous engager dans cette démarche d’économie d’eau.

Ainsi selon le type de public, les outils prendront différentes formes. Le message reste cependant le même : sensibiliser pour être plus économe !

Voici la liste des outils mis à disposition :

     – 3 affiches de sensibilisation (format A3 ou A4)

     – Une facture d’eau factice, à visée pédagogique (pour expliquer aux usagers le contenu de leur facture, les économies potentielles ainsi que les bénéfices financiers)

     – Une pochette “range-factures”, format A4, permettant aux usagers de ranger leurs factures, et comportant des informations sur les économies d’eau, le gestionnaire…

     – Un article que vous pourrez insérer dans votre bulletin d’information pour valoriser vos actions

     – Un visuel que vous pourrez insérer dans toutes vos communications

    – Un lot de 9 fiches-conseils (format livret A6) sur les économies d’eau dans les foyers

     – Un présentoir proposé aux collectivités pour disposer les fiches-conseils (120 € + frais de port).

Nous contacter directement si intéressés: gpaca@grainepaca.org ou au 09 72 13 37 85

En savoir plus sur cette campagne.

 

Ce projet est financé par le Conseil régional et l’Agence de l’eau.

D’autres actualités du graine.

e-colloque/Eau et changement climatique

e-colloque/Eau et changement climatique :

Quelles stratégies territoriales face aux épisodes de sécheresse et aux tensions quantitatives sur la ressource en eau ?

Le colloque EAU annuel, prévu le 2 juillet, est transformé en e-Colloque avec une nouvelle date au jeudi 11 juin.  

Les arrêtés sécheresse, ainsi que les restrictions d’arrosage et d’irrigation touchent la plupart des départements métropolitains  pendant plusieurs mois. A cela s’ajoute également des services publics d’eau au bord de la rupture d’approvisionnement, des rendements agricoles en fortes baisses, des centrales nucléaires à l’arrêt… L’été 2019 aura ainsi mis en exergue les conséquences dramatiques du changement climatique. Particulièrement sur nos ressources et notre modèle de gestion de l’eau et les conflits d’usages grandissants auxquels nous allons devoir faire face, entre agriculture, production d’électricité, tourisme/loisirs et alimentation en eau potable.

 

A la croisée des différents usages, les élus locaux doivent dès maintenant construire et mettre en œuvre de nouvelles stratégies territoriales pour faire face à ces tensions grandissantes sur les ressources en eau. Les enjeux:

  • Trouver le bon niveau d’action en incluant également dans la gouvernance l’ensemble des acteurs du bassin (collectivités, agriculteurs, usagers, etc.).
  • Mettre la ressource en eau au cœur de l’aménagement des territoires, sans hypothéquer leur développement économique ni leur attractivité.
  • Encourager les bonnes pratiques d’économies d’eau et la gestion active des ressources. Notamment par l’ amélioration du rendement des réseaux, la modernisation des équipements agricoles, ainsi que la recharge de nappe, solutions fondées sur la nature, réutilisation des eaux usées traitées, etc. ;
  • Mobiliser tous les leviers financiers possibles pour agir maintenant, en maîtrisant les coûts pour les usagers.

 

AMORCE s’adapte à la crise sanitaire et vous invite à échanger en visio-conférence le 11 juin 2020. Elle aura lieu de 9h30 à 12h00 puis de 14h à 16h30  avec l’ensemble des acteurs locaux.

Objectif: faire émerger les solutions d’adaptation aux tensions sur les ressources en eau efficaces et pertinentes pour votre territoire.

Pour en savoir plus.

D’autres actualités du Graine.